Une victoire convaincante

Les Rouges et Blancs sont sortis vainqueurs de ce choc entre ex-pensionnaires de Ligue 1. (© Vincent Lapauw)

En recevant le Gazélec Ajaccio, concurrent direct à la remontée en Ligue 1, le Stade de Reims s’attendait forcément à un match disputé. Mais paradoxalement, les Rémois ont signé leur première victoire à 2 buts d’écart de la saison, à l’issue d’un match très abouti, maîtrisé dans la plupart des compartiments du jeu.

Avec les blessures de Diego, Ibrahima Baldé et Pablo Chavarría, Michel der Zakarian a du mettre en place une attaque inédite. Berthier, dont la dernière tiitularisation remontait au 13 août à Valenciennes, occupe le côté gauche de l’attaque. De retour après sa suspension, Charbonnier retrouve sa place et est chargé d’épauler Jordy Siebatcheu à la pointe de la formation rémoise. Pour finir, le “TGV rémois” Odaïr Fortes anime le flanc droit de l’attaque.

 

Comme (trop) souvent, les Rouge et Blanc donnent la première occasion du match à leurs adversaires. Grégory Berthier perd bêtement un ballon dans l’axe du terrain, qui profite à Court. L’attaquant gazier, bien lancé dans le dos de la défense rémoise, s’en va alors défier Carrasso, mais ne cadre pas sa frappe alors que la plupart des supporters voyait déjà ce ballon au fond des filets.
Dans un festival de fair-play, le Gazélec offre à son tour une occasion en or à son adversaire.  En s’emparant facilement d’un ballon aérien, Steve Elana décide de relancer court, à la main, afin de permettre à son équipe de mener une contre-attaque. Sauf que Charbonnier, très altruiste sur ce coup-là, tacle le ballon et ouvre le score malgré la tentative de retour du gardien.

Côté rémois, la suite est moins emballante et Johann Carrasso doit remporter son duel face à Cissé pour maintenir son équipe dans le match. Auteur ensuite de sorties aériennes parfaitement réalisées tout en restant appliqué sur sa ligne, l’ancien portier messin permet à son équipe de ne pas encaissé de but, bien aidé également par sa défense. La charnière Weber-Jeanvier impressionne une fois de plus par son impact physique et sa capacité à remporter les duels. Côté gauche, Samuel Bouhours est de mieux en mieux physiquement, et c’est visible sur le terrain. Même s’il se concentre principalement sur son rôle défensif, l’apport offensif est plus réalisé de l’autre côté, par Hamari Traoré. Très remuant, il arrive toujours à briser des lignes grâce à sa vitesse, ou alors à s’appuyer sur ses milieux pour trouver des solutions. En trouvant des automatismes supplémentaires avec son joueur de couloir, que ce soit Fortes ou Chavarría, son rôle pourrait être importantissime dans l’équilibre de l’équipe. Le travail des joueurs défensifs est pour le moment récompensé, puisque les locaux mènent d’un but à la pause.

Désireux de conserver leur invincibilité, les Corses décident de se découvrir afin de créer un surnombre, et ainsi trouver plus de solutions offensives. Même si ce changement tactique semble plutôt intéressant, Cissé bute une nouvelle fois sur Carrasso malgré une belle frappe à 20 mètres, au ras du sol. La réponse rémoise n’intervient que dans le dernier quart d’heure, suite aux entrées successives d’Atilan Turan et Grejohn Kyei, en lieu et place de Berthier et Siebatcheu, tous deux auteurs d’un match qui ne restera pas dans les mémoires. Le premier nommé voit sa frappe du gauche, plein axe, frôler la barre transversale du but d’Elana. La seconde situation est un exploit individuel de Fortes : parti côté droit, il repique dans la surface, élimine un défenseur grâce à un subtil crochet avant de prendre sa chance du gauche. Juste à côté ! Mais l’abnégation des Rémois paye à 5 minutes du coup de sifflet final. Auteur d’un match une nouvelle fois très intéressant au côté d’un Danilson da Cruz de plus en plus précieux à la récupération, Hugo Rodriguez se bat et gratte un bon ballon au milieu, bien épaulé par son capitaine. Kyei hérite immédiatement du ballon et se projette vers l’avant avec Turan. Si sa passe est un peu longue pour le franco-turc, il se rend disponible en retrait et est bien servi. Au prix de deux crochets parfaitement réalisés, il se défait des trois défenseurs autour de lui, avant de feinter Steve Elana, pour n’avoir plus qu’à pousser le ballon dans le but vide. Un vrai geste d’attaquant, qui permet à Reims de faire le break nécessaire pour s’imposer !

 

Grâce à cette victoire, le Stade de Reims pointe désormais à la 3ème place à l’issue de cette 6ème journée, avec seulement une longueur de retard sur le leader amiénois.

Dès vendredi, les Rémois défieront Sochaux au stade Bonnal. Un stade qui ne réussit pas forcément aux Lionceaux, puisqu’ils n’ont remporté qu’un seul de leur quatre matchs disputés à domicile cette saison. Il y a donc des points à aller chercher à l’extérieur, et c’est bel et bien l’objectif affiché par der Zakarian. Rendez-vous dès 20h pour aider notre équipe à poursuivre sa belle série !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *