Un point c’est tout

Sous un épais brouillard, les deux équipes se sont quittées dos à dos. (© Stade de Reims)

 

Corrigé à Lyon la semaine passée, le Stade de Reims espérait se relancer face à des Niçois qui étaient eux aussi dans une très mauvaise série, et dont le coach Patrick Vieira venait d’être limogé un peu plus tôt dans la semaine. Malheureusement, les Rouge et Blanc sont restés en panne d’inspiration et ont dû se contenter du partage des points. Retour sur un match qui s’est soldé sur un score nul et vierge, et qui laisse les Rémois dans une urgente quête de points.

 

Un point, c’est tout

Dès le coup d’envoi donné, les deux équipes n’ont eu besoin que d’un très court round d’observation avant de s’inquiéter mutuellement. Pour preuve, il ne faut que dix petites minutes à Boulaye Dia pour se mettre en évidence mais sa frappe en force échoue dans le petit filet extérieur. Dans la foulée, Reine-Adelaïde se joue de plusieurs rémois dans la surface, mais Yunis Abdelhamid réalise un sauvetage XXL. Les deux dernières tentatives de Cafaro resteront les seules occasions au cours d’une première mi-temps entachée de nombreuses fautes techniques, celles-ci limitant fortement le développement d’un jeu plus enthousiasmant.

La deuxième mi-temps, plus animée, n’a malheureusement pas livré plus de buts aux téléspectateurs qui parvenaient à apercevoir le ballon à travers le brouillard de plus en plus épais. Seul le coup-franc de Berisha en fin de match a fait frémir les Rouge et Blanc, sans pour autant débloquer la situation.

Au final, il n’y a pas grand chose à retenir de ce triste match. Les deux équipes ont eu des séquences de possession de balle, sans parvenir à mettre réellement en danger leur adversaire. Néanmoins, tentons de retenir du positif : les Champenois récoltent un point et débutent bien ce mois de décembre qui s’annonce chargé, avec quatre matchs à disputer lors des deux prochaines semaines.

 

Une deuxième mi-temps plus vivante

A l’issue d’une triste première mi-temps, les hommes de David Guion comptaient sur la seconde période pour faire tourner cette partie en leur faveur. Dès le retour des vestiaires, Cafaro puis Zeneli prennent leur chance mais ne parviennent pas à tromper la vigilance du portier niçois. En cinq minutes, les Rémois ont été autant dangereux que lors des quarante-cinq premières.

De son côté, Predrag Rajković permet aux siens de rester dans le match en repoussant les quelques tentatives adverses. Ce score de parité permet à David Guion d’effectuer un triple changement peu après l’heure de jeu, lançant ainsi Kutesa, Mbuku et Touré. Cette attaque revigorée maintient la pression dans le camp niçois, notamment par quelques bonnes percées de Mbuku. Sur un dernier coup-franc obtenu par Kutesa, Valon Berisha voit sa frappe passer à quelques centimètres du but adverse.

Après une première mi-temps au bord du soporifisme, la deuxième mi-temps a été plus emballante. Grâce à des récupérations hautes, les Rouge et Blanc ont maintenu la pression sur les visiteurs et se sont créés quelques situations qui auraient pu être converties. Néanmoins, les occasions nettes ont manqué, et il faudra beaucoup plus de créativité offensive dans les prochains matchs pour parvenir à scorer.
 

La solidité défensive

Face à Nice, David Guion a pu aligner sa défense type pour la troisième fois depuis le début de la saison. Dans ce match, le patron a une nouvelle fois été Yunis Abdelhamid. En se sacrifiant deux fois sur des frappes adverses, sa combativité a été communicative pour ses coéquipiers, qui ont eux aussi hissé leur niveau de jeu. C’est le cas de Wout Faes par exemple. Le jeune défenseur central belge a rarement été pris à défaut par les virevoltants Gouri et Reine-Adelaïde. Souvent bien placé, il a remporté la plupart de ses duels et à activement participé à l’obtention de ce deuxième clean sheet en championnat. Sur les côtés, les deux latéraux Foket et Konan ont, eux aussi, parfaitement tenu leurs rôles. Les deux joueurs ont su conserver leur solidité défensive tout en se permettant un apport offensif non négligeable, notamment pour l’Ivoirien.

Après avoir mis en lumière ces individualités, il faut aussi insister sur le travail collectif réalisé par l’ensemble de l’équipe. Par séquence, le pressing proposé fut très intéressant. Déclenché par l’un des trois (voire quatre) éléments offensifs, l’ensemble de l’équipe a été coordonnée et en lien pour permettre une récupération haute. Cette séquence défensive, débutée en fin de première mi-temps puis étendue à l’ensemble de la deuxième, est l’un des points positifs de ce match.

Enfin, surmonter les difficultés actuelles passera aussi par une diminution des buts encaissés. Dans ce championnat, Reims a encaissé en moyenne 1,7 but/match. C’est deux fois plus que la saison passée (0,75 but/match, ndlr), et c’est encore plus que lors de la descente en 2015/2016 (1,5 but/match, ndlr). C’est ce type de prestation défensive qui permettra au Stade de Reims de s’en sortir cette saison.

 

“Interro surprise”

Rajković : 5
Fébrile sur certaines interventions, rassurant sur d’autres… Mais globalement, Rajković a réalisé un bon match, repoussant efficacement les quelques frappes adverses.

Foket : 5
Impeccable défensivement, le latéral belge a permis à son équipe de conserver cette solidité en limitant l’exposition aux contres adverses.

Faes : 5
Aux côtés d’Abdelhamid, Wout Faes a livré une prestation convaincante. Néanmoins, il aurait pu bonifier sa prestation avec un peu plus d’application à la relance.

Abdelhamid : 6
Solide du début à la fin, l’international marocain a livré une prestation défensive parfaite. C’est certainement l’un de ses meilleurs matchs cette saison.

Konan : 5
Sur son couloir gauche, l’international ivoirien retrouve peu à peu ses repères après avoir enchaîné les blessures. Désormais, il ne lui reste plus qu’à enchaîner les matchs…

Munetsi : 4
Après une première mi-temps intéressante avec de bonnes récupérations, le milieu de terrain rémois a connu une seconde période plus compliquée, ponctuée par de mauvais choix. Sa frappe en fin de match en est le parfait exemple.

Berisha : 5
Pour son retour, Berisha est monté en puissance au fil du match. Peu en vue en première période, il s’est ensuite permis une plus grande liberté offensive qui a ajouté du liant entre le milieu et l’attaque.

Cafaro : 5
Présent sur tout le front de l’attaque, Mathieu Cafaro a toujours tenté de mettre ses qualités au service du collectif, souvent avec succès. Individuellement, il est l’un des seuls à avoir tenté sa chance.

Zeneli : 4
Titulaire pour la première fois depuis deux mois, l’international kosovar a beaucoup tenté mais a souvent manqué de justesse technique dans le dernier geste.

Dia : 5
Rapidement mis en orbite, l’international sénégalais n’a ensuite pas eu assez de ballons à exploiter pour se mettre en évidence.

Doumbia : 4
L’homme fort de David Guion retrouve petit à petit sa place dans le onze de départ. Néanmoins, les quelques fulgurances de l’international malien n’ont pas rendu l’équipe plus réaliste offensivement, même s’il a plus apporté dans un rôle de meneur de jeu.

Le triple changement opéré à l’heure de jeu par le technicien rémois a permis à son équipe de maintenir la pression sur le camp niçois avec des joueurs frais, dont Mbuku a été le plus en vue. Entré en jeu en toute fin de match, Kaj Sierhuis n’a pas eu assez de ballons à exploiter pour tenter de se montrer dangereux…

Note du match : 6/20
Disputé dans un brouillard intense, ce match ne restera pas dans les annales. L’opposition entre deux équipes qui cherchaient à se rassurer n’a jamais été emballante, mais ce point du match nul rassure deux équipes mal-en-point.

 

Grâce à ce match, les Rouge et Blanc mettent tout de même fin à leur série de deux défaites consécutives. Néanmoins, ils ne parviennent toujours pas à avancer dans un championnat dont l’étau commence peu à peu à se resserrer. Même si la défense s’est solidifiée, il faudra être beaucoup plus entreprenant offensivement pour grappiller des points avant la trêve hivernale. En déplacement à Brest dimanche prochain, les Rémois auront un match compliqué à disputer face à une équipe capable du meilleur comme du pire. Ce sera un nouveau match crucial pour les Rouge et Blanc…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *