Le Stade de Reims s’incline dignement

Icardi, qui n’avait plus marqué depuis le 29 février, a remis les pendules à l’heure à Delaune. (© PSG)

 

L’élimination en Europa League digérée, le Stade de Reims retrouvait le championnat avec une rencontre de prestige en accueillant le PSG, pour clôturer cette cinquième journée. Malgré une prestation encourageante, les Rémois n’ont pas pu éviter la défaite face à l’armada parisienne… Retour sur le match de la semaine qui a mis fin à l’aventure européenne rémoise, avant de terminer par l’affiche de cette journée face aux Parisiens.

 

La fin du rêve européen

Après avoir obtenu sa qualification en Suisse la semaine passée, le Stade de Reims avait l’occasion de poursuivre son rêve européen en s’imposant face au MOL Fehérvár. Malheureusement, à l’issue d’un triste 0-0, les Rémois ont été traînés dans une séance de tirs au but qui leur a été fatidique. Ils avaient pourtant toutes les cartes en main pour réussir leur parcours et atteindre cette phase de groupes tant désirée. En évitant Tottenham et Galatasaray, les Rouge et Blanc auraient dû s’imposer au Standard de Liège lors du tour suivant pour obtenir leur précieux sésame. Malheureusement, il n’en sera rien, et Reims sort donc par la petite porte.

Malgré une entame de match plutôt séduisante, les Champenois ne sont jamais parvenus à se créer d’occasions franches. Pour preuve, il a fallu attendre l’entrée en jeu du duo Donis/Sierhuis pour voir la première vraie situation à la… 87ème minute de jeu. Sur une accélération terrible du premier nommé, l’international espoir néerlandais coupe parfaitement le centre au premier poteau, mais bute sur Kovácsik. Dans la prolongation, le portier a une nouvelle fois été contraint de sortir une belle parade sur une frappe de Touré, à la conclusion d’un superbe mouvement initié par Dia et surtout Anastasios Donis. C’est d’ailleurs l’un des seuls joueurs a avoir marqué des points dans ce match…

À la fin des 120 minutes de jeu, les deux équipes ne sont pas parvenues à scorer dans ce match. Ce sont donc les tirs aux buts qui ont départagé français et hongrois. Rajković a cru sortir la première tentative adverse, mais il a manqué de réussite. Malheureusement, les tentatives ratées coup sur coup de Dia puis Abdelhamid ont enterré les chances des Rémois. Battus dans l’exercice qu’ils ont tant chéri l’année dernière, la déception est immense… Même si la page a été tournée, le livre n’a pas été refermé. L’ensemble du club espère retrouver la Coupe d’Europe au plus vite.

 

Des motifs d’espoirs

À l’annonce de la composition d’équipe parisienne, les suiveurs rémois ne donnaient pas cher de la peau de leurs protégés. Néanmoins, Thomas Tuchel a fait preuve de beaucoup d’audace en titularisant seulement deux milieux de terrain, Paredes et Draxler, derrière le terrible quatuor. Une composition qui laisse forcément des espaces aux locaux… Et ces espaces, les Rémois ont su les exploiter. Dans un match très rythmé, ils ont tenté de développer leur jeu en misant d’abord sur le duo d’ailiers Mbuku/Donis. Grâce à l’apport offensif de Valon Berisha, ce manque de liant entre les milieux et les attaquants est peu à peu comblé. Contrairement aux dernières bouillies footballistiques servies lors des derniers matchs, la copie rendue est plutôt de bonne facture. Les Rouge et Blanc auraient d’ailleurs mérité d’être récompensés, mais la belle tentative de Dia a trouvé le poteau gauche de Keylor Navas.

Au-delà du jeu et de toutes les considérations tactiques, c’est aussi l’état d’esprit des Rémois qui a été pointé du doigt jeudi soir. D’ailleurs, dans France Football, Xavier Chavalerin paraissait totalement abattu… “Avoir aussi peu d’envie, aussi peu de jeu… […] Limite, ce qu’on a fait, c’est une faute professionnelle”. Les paroles sont dures, mais réalistes. Même dans l’état d’esprit, qui faisait sa force depuis plusieurs années, le Stade de Reims a failli. Mais ce dimanche, les joueurs ont paru tout de suite beaucoup plus conquérants. Comme si la page tournée cette semaine avait enlevé un poids à l’équipe, un poids mental et physique qui paraissait trop difficile à porter pour une si jeune équipe. Désormais, il faudra confirmer cette renaissance lors des prochains matchs.

 

Une série de défaites à stopper

Avec une quatrième défaite de suite, le Stade de Reims pointe désormais à la 19ème place au classement de cette Ligue 1 Uber Eats. Un point sur quinze possibles : le bilan est faible mais il faudra malheureusement s’en contenter. Si le match à Rennes ne sera pas déterminant pour la suite de la saison, les cinq matchs qui suivront la trêve internationale pourraient l’être beaucoup plus. En effet, les réceptions de Lorient, Strasbourg et Nîmes entrecoupées de déplacements à Montpellier puis Lens pourraient constituer un premier tournant dans cette saison. Ces matchs devront impérativement rapporter des points à l’équipe, sous peine de vivre une saison bien compliquée.

Néanmoins, il faut tout de même mettre en relation ce faible bilan avec le parcours déjà effectué par les Rouge et Blanc. Parce qu’il faut quand même avouer que les premiers matchs n’ont pas été simples, même en mettant la Coupe d’Europe de côté. Un déplacement à Monaco avant de recevoir Lille, suivi d’un double déplacement à Angers puis à Metz en terminant par le réception du PSG. Si les résultats ont clairement été insuffisants face aux Angevins puis aux Messins, un point pris face à Monaco, Lille et le PSG n’est pas si honteux. Insuffisant certes, mais pas honteux.

 

“Interro surprise”

Rajković : 6
Le Serbe a réalisé une belle performance, malgré les deux buts qu’il encaisse. Ses sauvetages ont permis à son équipe de ne pas terminer le match avec une note trop salée.

Foket : 4
Sur ce match, Foket a été en difficulté. Malgré quelques bonnes interventions, les accélérations parisiennes lui ont donné le tournis, lui faisant perdre sa lucidité balle au pied. En effet, il a perdu beaucoup trop de ballons et a multiplié les mauvais choix offensifs.

Maresić : 5
Solide aux côtés d’Abdelhamid, il est un peu trop passif sur le premier but d’Icardi et a globalement manqué de solidité dans les duels. Néanmoins, sa qualité de relance apporte une belle alternative à Wout Faes, souvent brouillon dans ce domaine.

Abdelhamid : 7
La prestation du défenseur central marocain a une nouvelle fois été précieuse. Pas de doute : le taulier de la défense, c’est bien lui !

Konan : 6
L’international ivoirien confirme sa montée en puissance. A ce niveau-là, il succèdera dignement à Hassane Kamara, qui avait plus que dépanné à ce poste la saison passée.

Cassamá : 6
Après un réel passage à vide, l’ancien du FC Porto semble sortir peu à peu la tête de l’eau. Dans un rôle de sentinelle, il a gratté de nombreux ballons et a permis de casser les lignes grâce à sa conduite de balle.

Berisha : 6
Une nouvelle fois, les prestations de Berisha font de lui un cadre de cette équipe. Il multiplie ses efforts et apporte la justesse technique qu’il manquait au milieu de cette équipe.

Chavalerin : 5
Son bon abattage défensif a masqué son trop faible apport offensif. L’ancien du Red Star semble avoir besoin de souffler un peu…

Donis : 4
De retour dans l’équipe, le grec a alterné le bon et le moins bon. Sa vitesse est un atout indéniable, mais il doit multiplier les combinaisons avec ses coéquipiers. Avec ses prestations, le peu de temps de jeu dont il a disposé jusqu’à maintenant est toujours autant incompréhensible.

Touré : 4
L’attaquant malien n’a pas touché beaucoup de ballons, malgré une bonne volonté sur le front de l’attaque.

Mbuku : 6
Pour sa première titularisation cette saison, le jeune rémois a apporté ce grain de folie qui manquait à l’attaque. Sa percussion a apporté un vrai plus, même s’il a parfois manqué de lucidité dans le dernier geste.

Malgré les entrées 100% offensives avec Dia, Zeneli, Kutesa puis Hornby, le cours du match n’a pas changé et les nouveaux entrants ont trop peu pesé sur la défense parisienne.

Note du match : 14/20
Cette partie rythmée a enthousiasmé les 5000 chanceux qui ont pu assister à ce match de gala. Malgré l’ouverture du score rapide, les Rémois n’ont rien lâché face aux nombreux assauts adverses, qui ont souvent buté sur Rajković.

 

Après une semaine difficile, le Stade de Reims aura à coeur de finir sur une bonne note avant la trêve internationale. Pour cela, il faudra aller chercher des points lors du déplacement à Rennes, qui s’annonce d’ores et déjà périlleux. Ramener un bon résultat de la Bretagne permettrait de travailler sereinement pendant cette trêve. A contrario, un nouveau revers plongerait l’ensemble du club dans une situation délicate. Quoiqu’il en soit, les séquences entrevues ce dimanche soir sont positives et prouvent que les Rémois ont la capacité de redresser la barre !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *