Soirée cauchemardesque à Delaune

Abdelhamid n’a pas pu éviter le naufrage de son équipe, qui perd trois points face à un concurrent direct. (© Stade de Reims)

 

Après une deuxième trêve internationale, le Stade de Reims comptait sur la réception du promu lorientais pour lancer définitivement sa saison. Malgré une première mi-temps globalement maîtrisée, les Rouge et Blanc ont sombré dans le deuxième acte et ainsi concèdent leur cinquième défaite de la saison, punis par les faits de jeu et leur manque de discipline. Retour sur une soirée qui a viré au cauchemar en 30 minutes.

 

Coaching perdant

Durant la trêve internationale, le Stade de Reims a vu le nombre de ses joueurs aptes fondre comme neige au soleil. Les Kosovars Zeneli et Berisha sont tous deux rentrés précipitamment en Champagne pour cause de blessure. Même chose pour Ghislain Konan, à nouveau touché au dos, et Hornby blessé à la cheville avec l’Écosse U21. El Bilal Touré a été cas contact au Covid-19 avec la sélection du Mali, donc mis en quarantaine. Ses nouvelles absences conjuguées à la suspension de Munetsi ont obligé David Guion a changé ses plans. Des plans encore une fois modifiés la veille du match, suite au forfait de dernière minute de Boulaye Dia.

Si De Smet a naturellement occupé le poste de latéral gauche, le chantier offensif a une nouvelle fois été un véritable casse-tête. Ainsi, Moreto Cassamá et Xavier Chavalerin ont été titularisés au milieu du terrain. Devant eux, le trio Kutesa/Mbuku/Cafaro ont eu pour mission d’alimenter Kaj Sierhuis, seul en pointe. Sans surprise, l’éternel remplaçant Donis débute ce match sur le banc.

Cepandant, les changements effectués au cours du match sont discutables. Le premier est intervenu à la demi-heure de jeu avec la blessure de Kutesa. Logiquement, Anastasios Donis aurait pu rentrer à ce poste. Néanmoins, le coach rémois a préféré lancer dans le grand bain Ekitike, jeune joueur d’à peine 18 ans. Un curieux choix au vu de l’importance de ce match. Ensuite, lors de la sortie de Xavier Chavalerin à la mi-temps, Mouhamadou Drammeh a lui aussi été lancé dans le grand bain. Pendant ce temps, un certain Dario Maresić rongeait son frein sur le banc, lui qui a longtemps évolué en temps que milieu récupérateur en N2… Ce ne sera encore pas pour cette fois. Et malheureusement, les jeunes joueurs lancés par le coach ne sont pas parvenus à peser dans ce match.

 

La débandade

Deux nouveaux blessés, trois buts encaissés et une équipe réduite à neuf : tel est le triste bilan de ce match. Malgré une première période encourageante où les Rouge et Blanc ont mené au score, l’équipe s’est ensuite liquéfiée, déstabilisée par des faits de jeu contraires et leur faiblesse globale.

L’infirmerie étant déjà bien garnie, les blessures de Kutesa et Chavalerin ne font pas les affaires de David Guion. Pour le moment, leur indisponibilité n’est pas connue. Néanmoins, cela faisait plusieurs matchs que Xavier Chavalerin semblait physiquement dans le rouge. Les deux semaines de trêve n’auront pas suffi à lui faire reprendre les forces nécessaires pour la suite de la saison.

Mais malgré ces deux blessures, les Champenois étaient toujours devant au score jusqu’à l’heure de jeu ! Cependant, les deux buts encaissés coup sur coup puis le carton rouge de Cassamá ont rapidement mis fin à leurs espoirs. Une fois de plus, ce sont deux coups de pied arrêtés qui ont puni les Rémois, comme (trop) souvent cette saison. Le troisième but de Terem Moffi, un temps pisté par le club qui s’est au final rabattu sur Fraser Hornby, ne sera finalement qu’anecdotique… tout comme le carton rouge de Donis. Le Grec, entré à dix minutes de la fin, a touché autant de chevilles que de ballons. Son tacle en dit long sur sa frustration… Mais il faut tout de même avouer que sa gestion est particulièrement curieuse. Celle-ci rappelle d’ailleurs le cas d’Eliran Atar, qui a longtemps été le plus gros transfert du club mais qui n’a jamais été convenablement intégré, sur le terrain comme en dehors.
 

Comment rebondir ?

Après cette mauvaise série qui se poursuit match après match, le Stade de Reims doit trouver rapidement des solutions sous peine de prendre un sérieux retard sur le plan comptable. La mission ne sera pas simple, tant l’effectif est décimé actuellement, mais pas impossible.

Tout d’abord, les Rémois doivent retrouver la solidité défensive qui faisait leur force la saison dernière. Meilleur défense l’an passé à la même période, Reims est aujourd’hui l’une des pires. David Guion doit permettre à son groupe de retrouver cette assise défensive, cette force collective.

Malgré cette nouvelle défaite, la troisième à domicile cette saison, quelques points positifs peuvent être tirés à l’issue de ce match. Le premier point concerne Kaj Sierhuis, titulaire par défaut en l’absence de Dia et Touré. L’international néerlandais n’a certes pas tout réussi, mais il a au moins eu le mérite de tenter dans ce match. Après une première mi-temps discrète, il est parvenu à jouer un cran plus bas en seconde période pour orienter et fluidifier le jeu de son équipe. A revoir, mais accompagné cette fois-ci.

Enfin, la jeunesse peut aussi apporter de la fraîcheur au sein d’un groupe en difficulté. Le groupe Pro 2 est sans cesse renforcé, mais peu de joueurs parviennent à gratter du temps de jeu en Ligue 1 à cause d’un effectif professionnel déjà bien fourni. En profitant des nombreuses absences, certains d’entre eux pourraient frapper à la porte plus tôt que prévu. Ce vent de fraîcheur peut aussi venir de là.

 

“Interro surprise”

Rajković : 3
Le gardien rémois n’a pas effectué d’arrêts importants, et est lui-même fautif sur le pénalty concédé. Un match à oublier pour le Serbe…

Foket : 5
Le latéral belge a réalisé un match plutôt satisfaisant sur le flanc droit de la défense, avec de bonnes interventions défensives à la clé.

Faes : 3
En grande difficulté au cours de la première période, Faes a réalisé une deuxième mi-temps encourageante mais sa prestation globale demeure nettement insuffisante.

Abdelhamid : 6
Le patron de la défense a encore confirmé son statut. Simple et efficace.

De Smet : 4
Titulaire pour la première fois, la doublure de Konan a tenu la barre en première mi-temps avant de sombrer ensuite, à l’image de l’équipe.

Cassamá : 5
Quelle première mi-temps de la part de l’ancien du FC Porto ! Récupérations, orientations du jeu, et un but à la clé : tout était parfait. Néanmoins, son carton rouge vient gâcher sa belle prestation, et met son équipe en difficulté…

Chavalerin : 4
Précieux en première période avant de sortir à la mi-temps sur blessure : Xavier Chavalerin doit impérativement souffler pour ne pas compromettre la suite de sa saison.

Ekitike : 4
Rapidement entré à la place de Kutesa, le jeune rémois a fait ce qu’il a pu sans compter ses efforts pour sa grande première en Ligue 1.

Mbuku : 4
Dans l’axe puis à droite, le jeune international français a tenté sans parvenir à déséquilibrer un bloc lorientais bien en place.

Cafaro : 5
Après une première mi-temps trop discrète, il a eu un rôle plus axial qui lui a permis de distribuer le jeu en lançant les premières offensives. Un rôle intéressant qui a amené beaucoup de fluidité dans les offensives de son équipe.

Sierhuis : 5
D’abord esseulé à la pointe de l’attaque, le néerlandais a ensuite pris le temps de décrocher et d’utiliser les espaces dans la défense adverse pour orienter le jeu et offrir plus de solutions à ses milieux. En duo avec Dia ou Touré, il pourrait être encore plus intéressant.

Les entrées hâtives des jeunes Ekitike et Drammeh n’ont pas permis aux Rémois de s’en sortir. Pas plus que les entrées de Moussa Doumbia et d’Anastasios Donis, d’ailleurs… En résumé, c’est un coaching forcé qui n’a pas eu la moindre incidence sur cette rencontre.

Note du match : 9/20
Les faits de jeu n’ont pas suffi à rendre ce match agréable, tant la prestation globale des Rouge et Blanc est insuffisante. Le bijou de Cassamá est à retenir, mais le reste est bien maigre. Les Lorientais ont tenté sans se créer énormément d’occasions, mais les quelques mouvements bien effectués (notamment sur l’obtention du pénalty) leur ont permis de l’emporter.

 

Malgré un bon début de match, les Rémois ne sont pas parvenus à empocher les trois précieux points en jeu. Désormais, il faudra se rentre à la Mosson la semaine prochaine avec une équipe décimée, certes, mais qui devra se montrer conquérante pour ne surtout pas rentrer bredouille. Sinon, le match suivant face à Strasbourg sera déjà capital pour la suite de la saison…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *