Simon Ternynck revient sur la défaite de Nancy à Delaune

A peine âgé de 18 ans, Simon Ternynck a dû endosser le rôle de doublure de Chernik. (© Patrice Dutrulle)

 

Ce samedi, le Stade de Reims retrouvait son jardin de Delaune, quitté le 30 septembre dernier après un succès obtenu face au Clermont Foot. Cette fois, c’est Nancy qui n’est pas parvenu à résister aux nombreuses attaques rémoises, pour s’incliner au final 3 buts à 0.

Remplaçant pour ce match, le jeune gardien lorrain Simon Ternynck a accepté de revenir sur cette rencontre, très indécise jusqu’à l’ouverture du score rémoise.

 

Tout d’abord, il est primordial de dire qu’à seulement 18 ans, Ternynck éprouve “beaucoup de fierté” d’être sur un banc de Ligue 2. “Ça me permet aussi d’acquérir beaucoup de bonnes choses pour la suite et c’est un accélérateur de carrière. En même temps, c’est un peu un aboutissement parce que c’est mon objectif, d’être dans un groupe professionnel”.

Désormais, cela fait plus d’un mois qu’il est dans ce groupe professionnel, en profitant de la blessure de Guy Rolland Ndy Assembé et de la suspension de Geoffrey Jourdren. “Depuis le début de l’année, je vis comme un pro sauf que je n’ai pas le statut. Mais je fais tout de A à Z : les séances d’entrainement au quotidien, les séances vidéos, les mises au vert, les échauffements”.

Naturellement, il a donc assisté à la préparation de ce match face aux Champenois, au cours de laquelle les forces rémoises ont été décryptées. “On s’attendait à avoir un match compliqué sur le plan physique, on savait que l’équipe de Reims avait des atouts sur le plan athlétique”. Mais il reste lucide sur la prestation de ses partenaires… “Il fallait résoudre ça par beaucoup d’agressivité, ce qu’on n’a pas su forcément mettre dans ce match. On a manqué aussi d’efficacité car, malgré le peu de duels gagnés et les buts qu’on prend, on a quand même des occasions. Par exemple à 0-0, quand Amine (Bassi, ndlr) tire sur la barre, on peut ouvrir le score. En ce moment c’est un peu ça qui nous fait défaut, c’est l’efficacité, tant défensive qu’offensive”.

Malgré tout, il n’a pas manqué de souligner la bonne prestation des locaux, qui consolident ainsi leur place de leader du championnat. “J’ai trouvé une équipe de Reims très solidaire, très forte athlétiquement et bien en place tactiquement, avec un bloc et des lignes assez resserrées. Au vu du début de saison qu’ils font, c’est forcément un candidat sérieux pour la montée”.

 

Sur le papier, cette équipe nancéienne aurait également pu jouer les premiers rôles. En gardant la plupart de leurs joueurs malgré une descente en Domino’s Ligue 2, ils semblaient avoir des allures de favori. Mais aujourd’hui, ils n’ont que 4 points d’avance sur la place de barragiste… Alors il faut désormais mettre le bleu de chauffe ! “Beaucoup de travail nous attend, forcément, car on manque de points. On n’a pas forcément le temps de pouvoir trop cogiter donc il faut vite se remettre au travail et essayer déjà d’obtenir une première victoire à l’extérieur qui nous ferait beaucoup de bien. Il faudra aussi conforter notre invincibilité à domicile et enchainer des bons matchs pour pouvoir espérer sortir un peu sortir la tête de l’eau, et remonter au classement”.

Côté rémois, les matchs qui arrivent seront très importants. A 6 matchs de la trêve, les Rouge et Blanc seront opposés à des concurrents directs lors des 3 prochaines semaines (Le Havre, le Paris FC, l’AC Ajaccio). Ceci constituera un véritable test pour Reims, qui pourra ainsi savoir globalement où il se situera à la trêve…


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *