Rémi Oudin : “Viser plus haut !”

Après une saison prometteuse, Rémi Oudin semble avoir à coeur de confirmer ses bonnes prestations entrevues l’année dernière. (© Football365)

 

Auteur d’une première saison très intéressante chez les professionnels, Rémi Oudin a accepté de répondre à mes questions lors d’un entretien exclusif, qui s’est déroulé ce mois-ci à Blériot. Cela m’a permis d’échanger longuement avec lui sur les saisons passées sous le maillot rouge et blanc, la saison actuelle qui a débuté depuis peu, ainsi que son avenir.

 

I. Sa jeune carrière

Rémi, le championnat vient de débuter et tu as vécu cette saison ta deuxième préparation estivale avec le groupe professionnel. Globalement, comment s’est-elle passée ?

Ça a été mais c’est long, comme toutes les préparations ! Mais on s’est bien préparés et je pense que personnellement ça a été. J’ai eu un petit coup de fatigue à un moment mais c’est reparti, donc tout va bien.

Est-ce que tu as senti une différence par rapport à celle de l’année dernière, que ce soit au niveau du discours du coach, de la cohésion du groupe, etc… ?

Non, pour moi c’était la même préparation. L’année dernière c’était ma première donc là c’était un peu différent, mais pour le groupe c’était la même chose. Une préparation reste la même, après ce sont les entraînements qui changent un peu, et cette année il y avait un peu plus de ballon dedans. C’était bien !
Ensuite, on a eu 2 stages : un stage de cohésion et un stage de préparation. Tout le groupe s’entend bien donc c’est nickel ! Quand on est une bande de potes, qu’on rigole, qu’on travaille ensemble et que tout va bien, on va droit au but. En jeunes ici c’était intéressant car on était tous des potes. On était ensemble depuis 2/3 ans et ça a fait qu’on a été loin dans toutes les aventures : on est montés de DH en CFA2, de CFA2 en CFA, plus le titre de champion de France U19 donc c’était vraiment fort. On a fait de bonnes choses avec le groupe qu’on avait. Pour moi c’est le plus important l’esprit d’équipe, l’envie, le plaisir, on rigole et après s’il y a ça tout va !

Justement, après tout ce que tu as vécu avec le Stade de Reims, j’imagine que la saison dernière a été une saison très spéciale pour toi, non ?

Oui, c’était ma première saison en tant que professionnel donc c’est vrai que c’est toujours spécial. Après, je pense que pour une première saison, c’était plutôt pas mal. Maintenant il faut confirmer la deuxième année et s’installer dans le groupe.

Et en plus tu as inscrit ton premier but en professionnel à Bernabeu… J’imagine que tu n’aurais jamais pensé à ça, même pas sur FIFA ! Qu’est-ce que tu ressens à ce moment-là ?

Déjà m’y retrouver je ne l’imaginais pas, mais alors marquer encore moins ! Après quand j’ai marqué, honnêtement j’étais ailleurs… J’étais sur un nuage et j’ai réalisé que 2/3 jours après. Mais même quand ma famille m’en reparle, j’étais super fier de marquer mon premier but là-haut. C’est quelque chose de magnifique !

Magnifique certes, mais avant d’arriver à Bernabéu, il faut sûrement faire beaucoup de sacrifices…

Quand on est petit, forcément il y en a beaucoup. On n’a pas tout le temps des vacances, la famille on la voit moins. Moi je suis parti à l’âge de 12 ans à Metz, donc ça veut dire que la semaine et certains week-ends je ne voyais jamais ma famille. J’ai fait 3 ans à Metz, et à la fin ça ne s’est pas très bien terminé donc mes parents ont déménagé. Mon père est venu ici, j’ai décidé de venir avec lui, de voir : au pire je suis pris, et au pire voilà, j’irai dans un petit club… Mais le coach a accepté, et après l’aventure a commencé. C’était en U17, première année.
Mais je pense qu’il faut passer par là pour y arriver, c’est le sacrifice qu’on doit faire. Et maintenant, je vois que ça me plaît donc ça me gène pas, je suis content et ma famille aussi ! Tout va bien.

Alors après ce but face au grand Real Madrid, tu penses à eux ? Surtout qu’ils devaient être loin !

Oui, je pense à ma famille, à ceux qui m’ont aidé et j’étais très fier de ça. Il n’y avait personne au match mais ils l’ont vu devant la TV donc j’étais content, ça fait toujours plaisir !

Avec un peu de recul, c’est le plus beau moment de ta carrière ?

Ma carrière vient de commencer donc oui, je pense que c’est le plus beau moment. Et après on verra, il y en aura sûrement d’autres en fin d’année… J’espère !
Pour l’instant, c’est sûr que c’est le plus beau moment de ma jeune carrière, ainsi que les deux titres de Champion de France avec l’équipe réserve.

La joie de Rémi, buteur pour la première fois avec les professionnels à Santiago-Bernabéu.
(© Stade de Reims)

Depuis, tu as pu inscrire des buts importants en compétition officielle, notamment celui de la victoire contre Niort, qui t’a un peu fait passer de l’ombre à la lumière. Comment as-tu réussi à gérer ça ? J’ai vu que tu recevais beaucoup de messages sur les réseaux sociaux, ça ne doit pas toujours être simple…

C’est sûr que c’est le but qui m’a fait un peu sortir de l’ombre. C’est un but important où je rentre 10/12 minutes et je marque le but de la victoire, donc c’est clair qu’après j’ai eu beaucoup de monde qui m’ont envoyé des messages. J’essaie de répondre à tout le monde, c’est pas évident vu qu’il y a beaucoup de personnes… Mais j’essaie de faire de mon mieux, oui.

Au final, sur la saison dernière, tu as pu en marquer 3 autres en 24 matchs joués (dont 12 titularisations). Est-ce que tu t’attendais à jouer autant ?

(Il coupe) Non. Je voulais gratter quelques places dans le groupe, un peu de temps de jeu, mais je ne m’imaginais pas jouer autant. Et marquer 4 buts avec le temps de jeu que j’ai eu, c’est plutôt bien !

C’est clair ! Mais ce temps de jeu important, comment es-tu parvenu à l’obtenir ? C’est une relation particulière avec le coach, ou des coéquipiers un peu en dessous de leur niveau habituel ?

Si, tout le monde était au niveau ! Après, j’ai su travailler pour essayer de gagner ma place, et je pense que ça a marché. Le coach a eu confiance en moi et j’ai saisi l’opportunité.

 

II. Sa saison actuelle

Aujourd’hui, toutes les cartes sont redistribuées avec l’arrivée d’un nouveau coach, que tu connais bien puisque tu as pu le côtoyer avec la réserve. Pour toi, connaître David Guion, est-ce un avantage ou un inconvénient ?

Ça peut être les deux…

Oui, c’est pour ça que je te pose la question ! (rires)

Il sait ce que je peux faire mais il sait aussi mes points faibles, donc c’est à moi de me donner encore plus. C’est pas parce qu’il me connait que tout est arrivé, c’est à moi de me donner encore plus pour arriver à gagner ma place.

Et est-ce qu’il t’a fixé des objectifs à atteindre cette saison ?

Moi, j’en ai fixés avec ma famille et mon entourage. Je veux être titulaire le plus de fois possible, et marquer le plus de buts aussi. Quand mon objectif sera atteint, ce sera déjà bien pour moi. Après, il faut toujours viser plus haut, donc j’espère que j’aurai le plus de temps de jeu et que je marquerai le plus de buts possible.

Oudin a inscrit 4 buts sur l’ensemble de la saison dernière. (© L’Union)

Battre ton record de buts de l’année dernière fait partie de tes objectifs ?

Ah oui, ça en fait partie.

Pourtant, ça risque de ne pas être évident car il y a beaucoup de joueurs sur le front de l’attaque… D’ailleurs, comment vis-tu la concurrence cette saison ?

C’est vrai que cette année, il y a beaucoup de concurrence. Après, c’est une bonne concurrence, une concurrence saine qui fait avancer, donc ça ne peut faire que du bien à tout le monde. Il faut se servir de cette concurrence pour travailler et atteindre ses objectifs, que ce soit moi ou les autres joueurs.

Je comprends, mais ce n’est que le début de saison… Tu n’as pas peur que cela se dégrade au fil de la saison, si certains ont un peu plus de temps de jeu que d’autres ?

C’est le début, mais on sent dans le groupe qu’il y a une cohésion et je pense que la concurrence sera toujours saine, car on s’entend tous bien. Je pense qu’il n’y aura pas de problème avec ça.
L’année dernière on s’entendait bien, mais cette année je sens qu’on est plus soudés. Il y a une cohésion qui est vraiment forte, on s’entend tous très bien donc je pense que c’est la clé de la réussite, la cohésion.

Mais cette concurrence au poste de numéro 9 pourrait t’obliger à jouer sur le côté droit. Finalement, à quel poste préfères-tu évoluer ?

Je peux jouer à tous les postes sur le front de l’attaque. Après, j’avais une préférence en 10 mais maintenant que j’ai évolué pendant un an/un an et demi en milieu droit, je suis habitué. Et peu importe le poste, que ce soit 10 ou milieu droit, c’est la même chose. Les deux postes me conviennent tant que je joue de toute façon !

Et aujourd’hui, avec le temps de jeu que tu as obtenu chez les professionnels et l’enchaînement des entraînements, est-ce que tu connais tes points forts, tes points faibles et tes axes d’amélioration ?

Mes points forts sont devant le but, où je suis assez adroit, ma vision du jeu et mon pied gauche. Après, mes points à améliorer sont ma vivacité, l’intensité que je dois mettre dans le jeu, et encore un peu physiquement. Je pense que ce sont les points où je peux m’améliorer et gratter encore plus.

Justement, quand tu as signé ton contrat professionnel en février 2016, tu prétendais “manquer un peu de vitesse”. Penses-tu que cela pourrait être rédhibitoire si tu es de nouveau amené à jouer sur un côté ?

C’est vrai que la vitesse n’est pas mon point fort, je suis plus puissant sur quelques appuis. Mais en jouant à droite, je peux rentrer à l’intérieur donc c’est aussi pour ça que j’évolue à ce poste. Et je peux animer à l’intérieur du jeu donc la vitesse, on va dire que je ne m’en sers pas trop. Je ne suis pas trop un joueur de débordement !

 

III. Son futur

Si je te pose ces questions, c’est parce qu’en mars dernier, France Football avait sorti un dossier intitulé “Aujourd’hui en Ligue 2, demain en bleu” au sein duquel ton nom avait été mentionné. Qu’est-ce que cela t’inspires ? Porter le maillot bleu, c’est quelque chose d’envisageable pour toi ?

Déjà, j’étais un peu choqué d’être dans France Football sur cet article, mais c’est clair que ça fait toujours plaisir. Porter le maillot bleu c’est quelque chose de fort…

Initialement sous contrat jusqu’en 2019, le jeune attaquant rémois a décidé d’étendre son bail d’une saison ! (© Stade de Reims)

Et plus récemment, tu as prolongé ton contrat jusqu’en 2020 avec le Stade de Reims. Quelle est l’importance de ce nouveau contrat à tes yeux ?

C’est m’installer dans le club, dans le projet que le club a. Et pour moi c’était important de prolonger dans mon club formateur parce qu’il fallait que je sois dans le long terme pour pouvoir m’améliorer.

Donc tu n’avais pas d’envie de départ, pour viser un peu plus haut ?

Non, pour le moment ce n’est pas mon objectif. J’ai signé professionnel l’année dernière, il faut s’installer avant de pouvoir partir. Mon objectif était de rester ici et m’améliorer ici, c’est le plus important je pense pour moi. Il ne faut pas être pressé de partir, moi ce n’est pas mon objectif.

Pour finir, est-ce que tu as un message à adresser aux supporters qui te suivent ?

Déjà, je remercie tous les supporters et tous les gens qui m’ont soutenu depuis le début, depuis que j’ai signé mon premier contrat pro et même avant. On va tout faire pour les faire vibrer et essayer de les emmener le plus loin cette saison !

Objectif Ligue 1 ?

Objectif Ligue 1 !


Une réflexion sur “Rémi Oudin : “Viser plus haut !”

  1. Bravo, tu es humble et tu mérites ta place dans l équipe pro, pour moi tu n’ai pas assez
    titularisé, dommage. Merde, je le pense de tout coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *