Les prémices d’une nouvelle dynamique ?

La joie des Rémois est grande : ils ont décroché leur deuxième victoire à l’extérieur de la saison. (© Stade de Reims)

 

Opposé au Red Star, vainqueur à Brest la semaine passée, le Stade de Reims n’a pas déçu lors de cette 22ème journée de Ligue 2. Rapidement devant au score grâce à un but de Kyei, les Rémois ont su préserver leur avance en gardant leur cage inviolée, mais en manquant de nombreuses occasions qui auraient pu leur permettre de prendre le large au tableau d’affichage.

 

De retour de la CAN où le Mali s’est fait éliminé dès la phase de groupes, Hamari Traoré démarre ce match en tant que milieu droit. Pas étonnant lorsque l’on sait que de nombreux joueurs (Chavarría, Oudin, Berthier, Fortes, Siebatcheu) ont occupé cette position sans jamais convaincre… Devant, Grejohn Kyei, plus titulaire depuis le match nul concédé à Orléans, débute en étant épaulé par Chavarría. Un duo inédit cette saison ! Et le choix de Michel der Zakarian est payant, puisque le franco-ghanéen n’a besoin que de 11 minutes pour ouvrir le score.

La suite du match est plus équilibrée, et les Rémois concèdent peu d’occasions. La raison est simple : en phase défensive, c’est-à-dire dès la perte de balle, tous les joueurs se regroupent dans leur moitié de terrain, et l’un d’entre eux effectue un pressing sur le porteur du ballon. Dans ce rôle, Jaba Kankava est très présent, et n’hésite pas à suivre son adversaire direct en le harcelant, quitte à partir loin de sa propre position pour l’obliger à reculer. Si le Géorgien parvient enfin à enchaîner les matchs, ce sera clairement le maillon fort de notre milieu de terrain. Reste maintenant à déterminer à qui il sera associé… Certes, les joueurs sont nombreux dans ce secteur, mais personne n’est pour le moment indiscutable. C’est pour cette raison qu’Antoine Devaux, guéri de sa blessure, n’est toujours pas sélectionné dans le groupe. Pourtant, il est lui aussi censé être un élément clé de l’effectif, mais ne l’a clairement pas démontré lors des premiers matchs qu’il a disputé. A l’inverse, Hugo Rodriguez connaissait sa 16ème titularisation cette saison. Il a souvent été bon mais dans ce match sa prestation a semblé sans saveur, alors que ses précédentes étaient plutôt intéressantes à la récupération.
Nous avons pu voir sur ce match que la récupération occupait une partie importante du projet de jeu, car dès que le ballon est récupéré, les joueurs offensifs se projettent rapidement vers l’avant pour mener une attaque rapide. D’ailleurs, cette tactique aurait pu être payante lorsque que Chavarría intercepte un ballon sur une erreur de relance de la défense francilienne, mais Grejohn Kyei envoie sa frappe au-dessus du but.

A la mi-temps, Reims semble dominer son sujet mais reste tout de même exposé à une éventuelle égalisation… comme cela est déjà arrivé 5 fois depuis le début de la saison à l’extérieur (!).
Au final, heureusement que Johann Carrasso, bien aidé par son poteau, écarte une superbe tête de Jean-Charles Castelletto à l’heure de jeu. Par la suite, les occasions ont été nombreuses mais les attaquants ne sont pas parvenus à faire le break : Chavarría a buté 2 fois sur le gardien puis a touché un montant, avant que Gaëtan Charbonnier n’envoie une frappe puissante sur le gardien après un bon service de Traoré en fin de match.
Malgré toutes ces situations manquées, il faut tout de même souligner l’évolution de l’animation offensive rémoise. Certes, Pablo Chavarría a manqué des occasions. Mais dans ce rôle d’attaquant de soutien, il a gratté de précieux ballons dans les pieds des défenseurs adverses puis a grandement participé à la construction des attaques. Il aurait d’ailleurs pu (dû ?) être gratifié d’une passe décisive.

 

Trop souvent cette saison, les matchs des Rouge et Blanc ont sonné creux, même si certains d’entre eux ont débouché sur une victoire. Ici, il s’agit probablement d’un des matchs les plus animés de la saison, et il faudra forcément s’appuyer sur les éléments les plus pertinents pour les faire évoluer lors de la phase retour.

Cette bonne performance devra impérativement être confirmée ce vendredi face à Tours, adversaire en difficulté qui occupe la 18ème place au classement, et qui n’a toujours pas gagné en 2017.
Pour l’aider à réussir son objectif de fin de saison, Delaune doit redevenir au plus vite la place forte du Stade de Reims afin de lui permettre de gagner des points régulièrement sur leur pelouse. Les prémices d’une nouvelle dynamique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *