Les Dogues croquent les Rémois

Grâce à une frappe lointaine de Jonathan Bamba, Lille ramène trois points de Delaune. (© LOSC)


 
Cinq mois après son dernier match officiel à Delaune, le Stade de Reims avait à coeur d’obtenir sa première victoire de la saison devant les supporters qui avaient réussi à obtenir leur précieux sésame. Malheureusement, les Rouge et Blanc n’ont pas existé dans une rencontre où ils n’ont pas cadré la moindre frappe. Les Lillois n’ont guère fait mieux, mais ont tout de même pu compter sur un exploit individuel de Bamba pour leur offrir les trois points. Retour sur un match fermé, où Reims n’est finalement jamais parvenu à inquiéter son adversaire du jour.

 

Les choix de David Guion

Après un 4/4/2 assez concluant mis en place à Monaco, David Guion a opté pour un traditionnel 4/3/3 en composant avec plusieurs absences. En défense, la blessure aux adducteurs de Thomas Foket a posé problème au coach. En effet, malgré les nombreuses pistes envisagées cet été, le Belge n’a toujours pas de réelle doublure. Doucouré est le latéral attitré en Pro 2, Sambou Sissoko peut aussi dépanner à ce poste et lors du match de préparation face au Standard de Liège, c’est même Marshall Munetsi qui avait évolué une mi-temps complète dans cette position. Pour ce match, le coach rémois a opté pour une quatrième option jamais testée en match, amicaux comme officiels, en titularisant Dario Maresić. Fort logiquement, le défenseur central de formation a été en difficulté ce dimanche après-midi. Malgré quelques bonnes interventions défensives, l’Autrichien s’est montré trop maladroit balle au pied et a eu beaucoup trop de déchets dans ses passes et ses relances. Mais peut-on réellement lui en vouloir ? Quoiqu’il en soit, David Guion souhaite depuis le début de l’été une doublure à ce poste. Titulariser un défenseur central est peut-être aussi une manière de montrer à ses dirigeants qu’un dernier renfort défensif est nécessaire en l’absence de Foket.
Au milieu, le trio Cassamá/Chavalerin/Munetsi permet au premier cité de retrouver sa place de titulaire.
Devant, Dia s’étant blessé à Monaco, El Bilal Touré évolue seul en pointe. Cafaro et Kutesa occupent les couloirs, comme en Principauté une semaine plus tôt. Ainsi, toujours pas d’Arbër Zeneli malgré les matchs en demi-teinte de Cafaro. Kaj Sierhuis, qui aurait pu évoluer aux côtés de Touré, débute sur le banc également. Même chose pour Donis, qui aurait lui aussi pu avoir sa chance dans un couloir. Au final, les changements offensifs ont été rapidement opérés, mais sans succès.

 

Le milieu de terrain, clé cette saison ?

Le 4/3/3 mis en place face à Lille a permis à Moreto Cassamá de réintégrer le onze de départ. Une fois de plus, sa capacité à relancer proprement, orienter le jeu, prendre des risques en jouant vers l’avant tout en assurant une bonne couverture défensive doit faire de lui un titulaire indispensable de cette équipe. Devant lui, même s’il a semblé moins bien physiquement en seconde période, Xavier Chavalerin est toujours aussi précieux et semble, lui aussi, indéboulonnable. Si ces deux joueurs méritent amplement leurs places de titulaires, la question d’un troisième milieu peut se poser. Cela est-il réellement indispensable ? Si oui, qui pourrait jouer avec eux ? Valon Berisha pourrait remplir ce rôle, mais il n’est pour le moment pas prêt. Il est aussi possible de jouer en 4/4/2 avec deux pointes, comme le duo Touré/Dia à Monaco. Kaj Sierhuis peut également obtenir plus de temps de jeu dans ce système. Quoiqu’il en soit, le milieu et toute l’animation qu’il comporte semble être la clé cette saison.

 

Une panne de créativité offensive

Seulement quatre tirs, tous hors cadre : tel est le bilan après ce match côté rémois. Il faut dire qu’il ne s’est absolument rien passé en première mi-temps… Le seul tir cadré pour les deux équipes lors des 45 premières minutes a d’ailleurs été cette frappe victorieuse de Jonathan Bamba. Reims a semblé en panne de solution à l’approche de la ligne médiane. Dereck Kutesa a tenté de percuter sans réussir, Cafaro a été bien trop discret, El Bilal Touré a touché trop peu de ballons. Et l’entrée hâtive de Berisha n’a pas permis d’ajouter du liant entre le milieu et l’attaque. Malgré dix bonnes premières minutes au retour des vestiaires, les Rémois ne sont pas parvenus à se créer la moindre occasion dangereuse. Les choix offensifs de Guion avec les entrées successives de Zeneli, Donis, Sierhuis et Fraser n’ont pas changé le cours du match, où les supporters avaient l’impression que leurs joueurs pourraient jouer jusqu’à 23h30 sans marquer. Il faudra rapidement corriger ce problème pour redonner de la confiance aux joueurs offensifs.

 

“Interro surprise”
Rajković : 5

Un match très frustrant pour le portier rémois, qui n’a pas effectué le moindre arrêt, mais qui concède un but qui coûte cher.

Maresić : 4

Il a dépanné comme il le pouvait le flan droit de la défense. Malgré quelques bonnes interventions défensives, il a commis trop d’erreurs balle au pied.

Faes : 7
Le meilleur joueur du match. Il est quasiment sorti vainqueur de tous ses duels et a montré qu’il pouvait parfaitement succéder à Disasi.

Abdelhamid : 6

Un match a son image : simple et efficace.

Konan : 6

Le latéral gauche confirme sa montée en puissance. Malgré quelques actions trop personnelles, il a parfaitement tenu son poste.

Cassamá : 7

Le milieu rémois a une nouvelle fois montré tout son talent : jeu court, jeu long, il est le maître à jouer au poste de sentinelle. David Guion doit en faire un titulaire indiscutable.

Berisha : 5

Rapidement entré à la place de Munetsi, blessé, la recrue rémoise s’est montrée plus que discrète dans ce match.

Chavalerin : 5

Omniprésent en première mi-temps, il a ensuite baissé de rythme avant de disparaître complètement, émoussé physiquement. Son erreur en toute fin de match aurait même pu permettre aux lillois de faire le break.

Kutesa : 5

Les percussions qu’il a tentées n’ont pas suffi à déstabiliser une défense lilloise bien en place.

Cafaro : 4

Un match difficile pour lui ce dimanche. Il s’est montré trop peu actif, malgré un réveil notable en début de seconde période.

Touré : 5

L’attaquant rémois a paru trop esseulé, et n’a d’ailleurs pas touché beaucoup de ballons malgré sa bonne volonté de redescendre plus bas. Un système à deux attaquants pourrait lui être plus profitable.

Les changements effectués par David Guion ont été intéressants, sans pour autant influer sur le court du match. Le premier, forcé, n’a pas permis à Valon Berisha de marquer des points dans ce match. Ensuite, le duo Zeneli/Donis a apporté de la fraîcheur sur les ailes. Enfin, les deux attaquants de pointe Kaj Sierhuis et Fraser Hornby ont eu pour mission de réceptionner de longs ballons, mais la tête de l’écossais en fin de match n’a pas attrapé le cadre.

Note du match : 7/20

Un match bien triste entre deux équipes qui n’ont jamais cherché (ou réussi) à proposer un fond de jeu intéressant.

 

Désormais, le Stade de Reims va pouvoir profiter de la première trêve internationale pour se ressourcer et perfectionner ses automatismes, notamment offensifs. Les Rémois retrouveront les terrains avec un programme chargé : deux déplacements les 13 et 20 septembre à Angers puis Metz, entrecoupés du deuxième tour préliminaire d’Europa League en Suisse, chez le Servette FC de Grejohn Kyei, prévu le 17 septembre. D’ici-là, nous souhaitons bonne chance aux internationaux qui iront défendre les couleurs de leurs sélections !

 

2 réflexions sur “Les Dogues croquent les Rémois

    • Bonjour Olivier ! Merci pour ton commentaire. Je pense que Zeneli est encore en période de reprise après sa longue blessure. Pas forcément reprise physique, mais reprise au sein d’un groupe et d’un collectif bien huilé. Il lui faudra encore du temps pour trouver des automatismes avec ses partenaires. Pour le moment, il privilégie l’action individuelle sans y parvenir. Dans quelques mois, ça ira sans doute beaucoup mieux… A suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *