Le bilan de la saison : les joueurs (2/3 et 3/3)

Les joueurs sont prêts : la saison 2017/2018 peut démarrer ! (© Stade de Reims)

 

A l’issue d’une saison ratée où l’objectif fixé en début de saison n’aura pas été atteint, le Stade de Reims doit désormais tirer des enseignements de cet échec. Lors de cette intersaison, trois axes principaux seront développés pour faire le bilan de cet exercice 2016/2017 : la part de responsabilité de Michel Der Zakarian, le bilan individuel des joueurs qui ont porté le maillot rémois cette saison, puis nous nous tournerons vers l’avenir et sur cette nouvelle saison qui démarrera dès le 28 juillet.

Après avoir évoqué la responsabilité de l’entraineur dans cet échec cuisant (cette première analyse est toujours disponible ici), nous poursuivons ce bilan en se focalisant sur les performances des joueurs, bien trop irrégulières au cours de cette dernière saison. Mais à une semaine du début de cet exercice 2017/2018, l’effectif rémois a été profondément remanié et l’apport de sang neuf pourrait bien servir de tremplin au club pour rebondir rapidement.

 

Les gardiens :

Cette saison, il faudra de nouveau compter sur Edouard Mendy, en progrès constant depuis son arrivée l’été dernier. (© Jean-Baptiste Delerue)

Après une gestion catastrophique des portiers quelques mois plus tôt, c’est à l’aube de la saison 2016/2017 que le gardien titulaire avait été désigné par Michel Der Zakarian : il s’agissait de Johann Carrasso. Pourtant, cette tactique n’a pas semblé avoir porté ses fruits…

Auteur d’une saison en demi-teinte, Carrasso n’a jamais réellement convaincu dans les buts rémois, où il a souvent été capable du meilleur comme du pire… Avec quelques erreurs à mettre à son actif, il n’a pas réussi à se mettre réellement en confiance et à rassurer pleinement ses coéquipiers. Néanmoins, il faut absolument lui reconnaitre le leadership qu’il incarne dans cette équipe. On l’a souvent vu communiquer avec ses défenseurs, les replacer et les guider par la parole. Cette présence a forcément compté dans l’intégration des jeunes joueurs comme Amiot ou Disasi, ou des recrues au collectif, comme Bouhours, Métanire ou Jeanvier. Au final, il devrait préserver son rôle pour cette nouvelle saison car, malgré ces prestations mitigées, la concurrence ne s’est pas montrée assez déterminée pour bousculer cette hiérarchie.
Malgré tout, Edouard Mendy semble avoir un potentiel intéressant à exploiter dans les années futures. Sa progression constante au fil de la saison (principalement dans son jeu au pied) l’atteste, tout comme les quelques matchs références qu’il a pu livrer, notamment au début de saison lorsqu’il a dû remplacer au pied levé Carrasso (suspendu dès la première journée, ndlr).
De son côté, le jeune Nicolas Lemaître a profité des blessures de ses coéquipiers pour faire ses deux premières apparitions en Ligue 2. Deux matchs contre Sochaux et à Clermont, au cours desquels il n’a pas été grandement sollicité mais a effectué un travail sobre et efficace. Il faudra suivre sa progression l’année prochaine, où il pourra encore s’aguerrir en CFA. Néanmoins, il a subi une luxation au coude durant cette préparation estivale qui le rendra indisponible pour les 3 prochains mois. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement !

 

Les défenseurs :

Après le départ d’Anthony Weber, la charnière centrale devra être recomposée. (© Stade de Reims)

Pour les protéger, les gardiens rémois ont pu compter sur leurs défenseurs, qui ont contribué à former la 3ème meilleure défense du championnat.

Côté gauche, Samuel Bouhours a disputé 29 matchs dans une saison au cours de laquelle il a su effectuer un gros travail défensif, grâce à un placement judicieux apporté par son expérience. Néanmoins, il n’a jamais pu apporter offensivement comme le souhaitait Michel Der Zakarian, notamment à l’aide de dédoublements, à cause de trop grandes lacunes techniques qu’il devra combler pour devenir un “latéral moderne”. Ou alors, un replacement dans l’axe central pourrait être envisagé…
A contrario, Atila Turan est capable d’amener cet apport offensif. Titulaire régulier jusqu’à la trêve où il a confirmé ses qualités (que ce soit en tant qu’arrière ou ailier gauche), il s’est ensuite écarté du groupe en refusant de prendre place sur le banc. Pourtant, il aurait pu être un élément essentiel de cette phase retour, au cours de laquelle personne ne s’est imposé à ce poste. Au final, son aventure rémoise s’est achevée sur cette mésaventure… Il s’est désormais lancé dans un nouveau challenge avec le club turc de Kayserispor.
Pour le remplacer numériquement, le Stade de Reims a obtenu le prêt du lillois Youssouf Koné. Jeune latéral de 22 ans, il aura un an pour acquérir de l’expérience en Domino’s Ligue 2 avant éventuellement d’intégrer l’effectif nordiste. A l’issue de ce prêt, il ne lui restera qu’un an de contrat avec son club formateur. Ce qui signifie qu’en cas de saison convaincante en Champagne, il pourrait éventuellement poursuivre son aventure rouge et blanche.
Également, il faudra compter sur 2 jeunes joueurs issus du centre de formation : Lenny Vallier et Moussa Bana. Entré une fois en jeu lors du naufrage lavallois à seulement 18 ans, le premier nommé pourrait déjà prétendre à une place de doublure si Bouhours entamait sa reconversion. Pour Bana, il s’agit d’une première découverte dans un groupe professionnel après avoir évolué avec la réserve l’an dernier.

Dans l’axe, la charnière centrale composée de Julian Jeanvier et d’Anthony Weber était vite apparue comme une évidence. Homme de duel, le premier nommé a effectué une saison très aboutie sous le maillot rémois, malgré quelques errements lors des derniers matchs. Pour le capitaine Weber, il a su guider sa défense en ne manquant qu’un seul match l’année passée. Un véritable taulier qui a effectué une ultime saison plus qu’aboutie, malgré une fatigue mentale visible depuis le match de Laval. D’ailleurs, il n’est pas idiot de penser que cette déroute a pu précipiter son départ du club, puisque lorsque je l’avais rencontré juste avant d’affronter Lens (son interview est toujours disponible ici), il n’avait pas caché son envie de prolonger son aventure rémoise…
Pour le remplacer, Grégoire Amiot semblait être la solution toute trouvée. Excellent intérimaire, il a montré la saison passée qu’il méritait totalement sa place dans cet effectif. Simple et efficace, il a été l’une des bonnes découvertes de cette saison. Malheureusement, il ne fera pas partie de l’équipe la saison prochaine. En fin de contrat, il n’a pas été prolongé par le club et vient de s’engager à Bourg-en-Bresse. Pourtant, il semblait avoir les capacités requises pour s’imposer aux côtés de Jeanvier !
Mais pour mettre aux côtés de l’ancien du LOSC, les dirigeants se sont penchés sur Yunis Abdelhamid, défenseur dijonnais depuis l’été 2016. Un choix qui semble pertinent au vu des premiers matchs de pré-saison. Véritable tour de contrôle doté d’une bonne relance, il pourrait être LA recrue de cette intersaison dans l’axe central !
En complément, Axel Disasi serait pressenti pour jouer ce rôle de “numéro 3”. Solide défenseur mesurant 1m90 pour 85kg, il possède de grosses qualités physiques qui lui seront forcément bénéfiques en Domino’s Ligue 2. De même, les jeunes Yohan Roche et Patrick Bahanack intègrent le groupe pour acquérir de l’expérience, à 20 ans seulement.

Côté droit, la titularisation de Romain Métanire ne fait plus de doute. Élément clé depuis son arrivée l’hiver dernier, ce sera le titulaire à ce poste. L’année passée, il avait d’ailleurs poussé Hamari Traoré à réaliser une saison mitigée, l’obligeant à jouer le rôle de pompier de service à plusieurs postes (défenseur gauche, défenseur droit, milieu droit). Malgré tout, cela ne l’a pas empêché de partir pour le Stade Rennais. Un transfert qui a rapporté près de 2,4 millions au club.
En doublure, Hendrick Cakin est arrivé de la réserve du FC Nantes. Peu connu, il aura tout à gagner lors de cette saison, où il aura principalement du temps de jeu lors des coupes nationales.

 

Les milieux :

Danilson Da Cruz est le milieu axial qui eu le plus de temps de jeu la saison passée. (© Vincent Lapauw)

Au milieu de terrain, les solutions ne manqueront pas et la concurrence sera rude !

Arrivé l’été dernier en provenance du Red Star, Danilson Da Cruz a disputé 30 matchs la saison dernière. Parfois chahuté en tribunes pour son style de jeu peu élégant, son abnégation et son impact physique le rendent très important dans ce rôle de milieu récupérateur. De plus, il a un leadership reconnu par l’ensemble de ses coéquipiers. Cela lui a d’ailleurs permis de porter le brassard de capitaine lors des matchs de pré-saison. Reste à voir s’il sera titulaire cette saison…
L’année passée, il avait souvent été épaulé par Hugo Rodriguez, qui a depuis quitté le club. Officiellement pour “mettre entre parenthèses sa carrière de joueur, regagner sa région d’origine et se lancer dans de nouveaux projets”, dixit le site officiel du Stade de Reims. Officieusement, il n’était plus forcément désiré au sein du club et celui-ci ne comptait pas demander une indemnité de transfert pour son départ. Il a donc été libéré et pourrait s’engager avec le Nîmes Olympique (avec qui il s’entraine depuis quelques semaines, ndlr).
Pour le remplacer, Xavier Chavalerin a signé un contrat de 2 ans en faveur des Rouge et Blanc. Il évoluera dans le même registre que Rodriguez, en effectuant un travail de milieu relayeur, probablement dans un 4-3-3. D’ailleurs, ce système pourrait aussi parfaitement convenir à Antoine Devaux ! Après une saison compliquée due à une importante blessure contractée en début de saison, il pourrait profiter de sa dernière année de contrat pour exploiter pleinement ses qualités offensives, basées sur la vista et la dernière voire l’avant-dernière passe.
Pour apporter de la concurrence, Matthieu Cafaro est également arrivé, en provenance de Toulouse. Licencié par le club de la ville rose après avoir été mêlé à une affaire extra-sportive (en compagnie d’Odsonne Edouard, jeune joueur prêté par PSG, il avait tiré sur un passant au pistolet à billes, ndlr), ce jeune joueur à fort potentiel arrive en Champagne dans le but de lancer sa carrière avec les professionnels.
Lancer sa carrière avec les professionnels, c’est également l’objectif d’Aly Ndom, titulaire à 4 reprises seulement la saison dernière. Avec un coach qui le connait sur le bout des doigts, il y a fort à parier qu’il aura plus de temps de jeu cette saison, malgré la concurrence.
Sur ce point, c’est Omenuke Mfulu qui pourrait en faire les frais. Bien conscient de cette situation, il chercherait une porte de sortie. Un prêt pourrait être une bonne solution… à condition que les dirigeants comptent sur lui ! Inutile de reproduire les mêmes erreurs qu’avec Alexi Peuget, parti cet été à Grenoble pour retrouver… Olivier Guégan, et Edwin Maanane.
Pour terminer, demeure l’énigme Jaba Kankava. L’année passée, il a souvent paru au-dessus des autres, survolant même certains matchs comme le retour à Delaune contre l’AC Ajaccio. Malheureusement, entre fatigue mentale et pépins physiques (en plus d’une envie de départ ?), il est difficile de miser pleinement sur lui. Quoiqu’il en soit, les offres le concernant ne semblent pas se bousculer et il devrait porter le maillot rémois pour cette nouvelle saison. Reste à voir comment David Guion décidera de l’utiliser… En milieu récupérateur à la place de Da Cruz ? Ou bien un cran plus haut pour apporter un soutien offensif ? Les interrogations sont nombreuses.

 

Les attaquants :

Révélation l’année passée, Rémi Oudin continuera-t-il sur sa lancée ? (© Football365)

Devant aussi, les interrogations sont multiples. Tout d’abord, il est important de différencier les ailiers et les buteurs dans cette catégorie.

Commençons par ces ailiers. Le côté gauche semble d’ores et déjà bridé par Diego Rigonato. Meilleur passeur du club (avec 8 passes décisives en championnat, ndlr) la saison passée malgré un net passage à vide en 2017 (à l’image de l’équipe, me direz-vous), il reste un titulaire indiscutable dans cet effectif, avec un apport précieux sur les phases arrêtées. Véritable guerrier, il fait partie des joueurs indispensables à avoir en Domino’s Ligue 2, qui ne calculent pas leurs efforts et se dépouillent pour l’équipe.
C’est exactement ce qu’il manque à Grégory Berthier, beaucoup trop tendre physiquement pour le moment. Néanmoins, sa capacité à provoquer balle au pied est un atout essentiel dans son jeu. S’il parvient à comprendre quand effectuer la dernière passe, il pourrait évoluer en milieu offensif dans un 4-2-3-1, proposé plusieurs fois lors des matchs amicaux. Après le départ de Gaëtan Charbonnier vers Brest, les meneurs de jeu ne se bousculent pas… C’est pourquoi Virgile Piechocki pourrait en profiter ! Sa polyvalence, associée aux bonnes sorties effectuées en fin de saison dernière avec le groupe pro, devrait forcément lui assurer du temps de jeu. Il pourrait avoir les épaules pour assurer ce rôle.
De plus, cette option tactique permettrait à Hassane Kamara, de retour de prêt de Créteil, de démontrer toutes ses qualités. Chaque année, il réalise des prestations intéressantes lors des matchs de préparation mais il apparait (trop) peu en compétitions officielles.
A contrario, comme la saison dernière, le côté droit semble encore en chantier… En effet, si Hamari Traoré l’a longtemps occupé, ce poste est à pourvoir depuis son départ en Bretagne.
Odaïr Fortes, présent au club depuis l’été 2008, est également parti. J’en profite pour le saluer et le remercier une dernière fois, après 9 ans de bons et loyaux services. Il aura été l’un des joueurs emblématiques de ces dernières années.
Alors cette saison, Pablo Chavarría pourrait bien retrouver cette place d’ailier droit qu’il avait occupée jusqu’à la trêve avant d’être repositionné dans l’axe. Néanmoins, son apport était beaucoup moins important…
De même, Rémi Oudin pourrait être amené à occuper ce poste. Celui-ci lui correspond-t-il ? Ne serait-il pas plus à l’aise dans l’axe ?

Mais aujourd’hui, les places à la pointe de l’attaque sont chères, très chères… qui plus est dans un système où il n’y a qu’un seul attaquant ! Ibrahima Baldé sitôt parti, Anatole Ngamukol arrive pour le remplacer, ce qui nous offre 5 prétendants à ce poste : Kyei, Ngamukol, Siebatcheu, Chavarría, Oudin.
Il n’est pas anodin d’avoir cité Grejohn Kyei en premier. Second meilleur buteur rémois la saison passée avec 6 réalisations, il pourrait (enfin) exploiter toutes ses capacités sous les ordres de David Guion. Mis en confiance tout en ayant effectué une préparation complète (ce qui n’était pas le cas la saison dernière), cette nouvelle saison pourrait bien rimer avec “éclosion” pour l’espoir rémois. Et en ayant prolongé son contrat jusqu’en 2020, il a confirmé une bonne fois pour toute qu’il avait la tête et les pieds au Stade de Reims.
D’ailleurs, Jordy Siebatcheu sera également rémois jusqu’en 2020 ! Après un prêt fructueux à Châteauroux (10 buts pour 15 apparitions en National, ndlr), il a lui aussi prolongé son contrat. Il faut maintenant espérer le voir évoluer à la pointe de l’attaque, et non pas sur le côté droit… Mais un joueur de son profil pourrait être encore plus performant si un élément rapide tournait autour de lui. Cela engendrerait un changement de système pour passer à deux attaquants de pointes, mais ce joueur pourrait bien s’appeler Anatole Ngamukol… Formé à Reims sans avoir pu signer professionnel, il a quitté le club en janvier 2009 pour l’Espagne. Après diverses expériences, y compris à l’étranger (Espagne, Suisse) c’est un retour aux sources pour le natif d’Aubervilliers. Au Red Star lors de ses deux dernières saisons, il a inscrit 18 buts pour 67 matchs disputés. Le come-back lui réussira-t-il ?

 

Vous l’aurez compris, à une semaine de la reprise du championnat, les questions sont encore nombreuses. Avec un nouveau coach et une équipe qui a connu beaucoup de changement, il ne serait pas étonnant de voir les Rouge et Blanc démarrer tranquillement avant de monter peu à peu en puissance. Car pour le moment, les matchs amicaux le prouvent : ils ne semblent pas encore prêt. Mais les autres équipes le sont-elles ? Hormis Brest et Lorient, qui ont effectué un recrutement très pertinent, beaucoup de clubs sont encore dans le flou.
Mais avec ce début de calendrier (Nîmes, Orléans, Tours et Bourg-en-Bresse), il sera impératif de prendre des points rapidement, et ce peu importe la manière. L’idée première est de briser la spirale négative dans laquelle les Champenois sont empêtrés depuis la fin de saison dernière (dernière victoire le 28 avril contre Niort, avant 3 défaites consécutives, ndlr). Mais il faut bien avoir à l’esprit qu’un bon début de championnat ne garantit pas une saison réussie. Si la saison 2011/12 pourrait me contredire, la dernière saison de Ligue 1 (victoire à Bordeaux, contre Lorient/Marseille/Lille, nul contre le PSG) nous ramènerait vite à la réalité.
Quoiqu’il en soit, c’est la reprise ! Oserez-vous me dire que la saga Stade de Reims ne vous avait pas manqué ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *