La fête avant l’heure

Les Rémois peuvent exulter : ils viennent de signer leur quatrième victoire de la saison ! (© Stade de Reims)

 

Pour finir cette année 2020 en beauté et poursuivre sa série d’invincibilité, le Stade de Reims se devait d’aller chercher des points à Bordeaux avant la trêve hivernale. Devant au score à la pause grâce à deux réalisations signées Abdelhamid et Dia, les Rémois se sont fait peur après la réduction du score bordelaise, avant de sceller définitivement le sort de ce match pour obtenir leur deuxième victoire de la semaine. Retour sur un match maîtrisé par les Rouge et Blanc, justement récompensés au coup de sifflet final.

 

Une première mi-temps référence

Deux buts marqués, sans en encaisser un seul : la première mi-temps rémoise a été quasi-parfaite. Au delà du score au tableau d’affichage, c’est aussi le niveau de jeu produit par les Rouge et Blanc qui a impressionné. Alors que la défense n’a pas été inquiétée dans ce premier acte, c’est le trio Cassamá/Berisha/Chavalerin qui a constitué la base de cette prestation. En permettant à l’équipe de remporter la bataille du milieu de terrain, les trois hommes ont eu un rôle central à la récupération, tout en servant offensivement de rampe de lancement pour les attaquants avec un Berisha plus libre que ses deux compères.

Sur les ailes, Arbër Zeneli confirme son retour en forme. Passeur décisif et impliqué sur le deuxième inscrit par Dia, le Kosovar est en train de regagner sa place de titulaire sur le côté gauche après une période très compliquée pour lui. À l’opposé, Mbuku a été plus timide mais tout aussi virevoltant. Les deux ailiers ont forcément redoublé d’activité pour permettre à Boulaye Dia d’être moins esseulé à la pointe de l’attaque. Ils ont réussi leur mission avec brio.

 

Le recul au retour des vestiaires

Mais comme (trop) souvent, le Stade de Reims a reculé au retour des vestiaires. Xavier Chavalerin n’a pu qu’en faire l’amer constat au micro de Téléfoot à l’issue du match… Face à l’impuissance offensive bordelaise de la première période, les hommes de David Guion ont longtemps pensé pouvoir gérer le match grâce à leur deux buts d’avance, mais ont finalement été rappelé à l’ordre puis puni sur une nouvelle erreur.

Au retour des vestiaire, sur un coup-franc de Ben Arfa mal repoussé par Predrag Rajković, les Rémois s’en sont remis à un énorme raté de Hwang pour garder leur avantage au score. Ce n’est qu’à l’approche du dernier quart d’heure qu’une nouvelle erreur, collective cette fois-ci, plonge les Rouge et Blanc dans le doute, en plus de relancer l’adversaire. Sur une passe mal ajustée de Ghislain Konan, Cassamá rate son contrôle et permet aux Bordelais de disputer un “deux contre deux”, parfaitement négocié.

Fortement bousculés depuis le début de cette seconde période, les Champenois ont finalement profité d’une frappe de Munetsi contrée par un joueur adverse pour entériner définitivement leur victoire, à quelques minutes du coup de sifflet final.

 

“4/4/2” ou “4/3/3” ?

Cette saison, David Guion a principalement utilisé deux systèmes : le “4/4/2” et le “4/3/3”. Depuis le début de saison, le coach rémois a en tête de faire évoluer son équipe dans le second dispositif nommé. Néanmoins, entre blessures et suspensions, il n’a pas eu énormément d’occasions de mettre celui-ci en place, se réfugiant derrière un “4/4/2” par défaut alors que le système souhaité semble parfaitement taillé pour l’effectif dont il dispose.

En ayant trois milieux de terrain à positionner, David Guion doit faire des choix mais manque de joueurs dans ce secteur. Pour le moment, il a opté pour Cassamá en pointe basse avec Chavalerin et Berisha devant lui. Même si le jeune Moreto commet encore beaucoup d’erreurs d’inattentions, son apport à la relance est indéniable. C’est principalement pour cette raison que Marshall Munetsi ne peut pas prendre sa place pour l’instant, lui qui a un fort impact physique mais un apport technique très limité.
Ensuite, Xavier Chavalerin et Valon Berisha semblent être indéboulonnable. Ce sont les seuls joueurs réellement capables de jouer à ce poste de relayeur, hormis une fantaisie type “Cafaro” qui semble peu probable. Sinon, Cassamá pourrait certainement remonter d’un cran : une hypothèse inenvisageable sans l’arrivée d’un vrai “6” au poste de sentinelle.

Devant, les nombreux ailiers permettent à David Guion d’avoir de la variété dans son animation offensive. Actuellement, Zeneli semble avoir bridé la place de titulaire côté gauche, tandis que celle à droite est plus vacante. Kutesa ou Mbuku s’y essayent à tour de rôle, souvent dans un registre similaire de percussion et de vitesse. De son côté, Mathieu Cafaro apporte une grinta supplémentaire et offre une belle alternative à son coach.

Le seul “hic” se situe à la pointe de l’attaque. Bien souvent, Boulaye Dia est trop esseulé et ne parvient pas à avoir l’impact souhaité par manque de solutions autour de lui. Ce problème peut être corrigé avec l’animation offensive adéquate. L’apport offensif des arrières latéraux permet généralement aux ailiers de repiquer dans l’axe, offrant ainsi plus de solutions. C’est vers ce schéma que le coach rémois semble de tourner.

 

“Interro surprise”

Rajković : 5
Rarement mis en danger par l’attaque adverse, l’international serbe s’est contenté du minimum syndical et ne peut pas grand chose sur le seul but encaissé.

Foket : 7
Une nouvelle fois, Foket s’est montré impeccable défensivement et entreprenant offensivement, dans un schéma de jeu qui lui va comme un gant.

Faes : 7
Comme son compère belge, Wout Faes a réalisé une prestation très convaincante. Impeccable dans les duels, il s’est appliqué à l’orientation aérienne du jeu, souvent avec succès.

Abdelhamid : 7
Buteur sur corner, il a montré la voie à son équipe avant de réaliser une très bonne prestation défensive.

Konan : 5
Laissé au repos le week-end dernier, l’international ivoirien semble retrouver ses marques petit à petit. Néanmoins, les nombreux ballons qu’il a balancé et sa passe manquée qui amène le but viennent ternir sa performance globale.

Cassamá : 5
Comme à son habitude, la technique de Cassamá fait un bien fou à cette équipe. Néanmoins, le Bissau-guinéen a une fâcheuse tendance à commettre une erreur dans un match, preuve en est sur le but bordelais.

Chavalerin : 6
Titulaire pour la deuxième fois consécutive, Xavier Chavalerin a retrouvé sa place dans ce milieu à trois. Sa prestation a été aussi intéressante défensivement qu’offensivement.

Berisha : 6
Un peu plus libre offensivement, l’international kosovar est parvenu à alimenter les attaquants avec brio. Après quelques matchs supplémentaire dans cette configuration, il aura définitivement acquis les automatismes pour prendre les clés du jeu vers l’avant.

Mbuku : 5
Aligné sur le côté droit de l’attaque à la place de Cafaro, le jeune français s’est montré globalement discret, mais en jouant simple et efficacement.

Dia : 6
Seul en pointe, il a multiplié les courses pour libérer de l’espace à ses partenaires, tout en se montrant encore décisif sur le deuxième but, portant son total à dix unités cette saison.

Zeneli : 7
Le Kosovar est dans une forme resplendissante. Sur son côté gauche, il a trouvé le juste équilibre entre solution personnelle et bonification du collectif. À ce niveau-là, il sera sans doute l’homme fort de la phase retour.

Suite à la réduction du score bordelaise, David Guion a attendu d’être à dix minutes de la fin du match pour effectuer un triple changement en lançant Touré, Doumbia et Munetsi. Le dernier nommé a apporté l’impact physique nécessaire au maintien du score, tout en se payant le luxe d’inscrire le but du break.

Note du match : 14/20
Malgré une seconde période plus poussive, la première mi-temps réussie des Rémois les a guidés vers le succès, avec une très belle prestation collective à la clé.

 

En s’imposant à Bordeaux, le Stade de Reims conclut cette année 2020 de la meilleure des manières. Invaincus sur les trois derniers matchs, les Rémois se paient même le luxe d’avoir cinq points d’avance sur le trio relégable malgré un début de championnat très mitigé. En cette trêve hivernale, joueurs comme supporters gardent le même objectif : profiter des fêtes de fin d’année en famille avant de débuter une nouvelle année que nous espérons tous meilleure que la précédente !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *