Des Rémois impuissants

Réduits à dix juste avant la mi-temps, les Rémois n’ont rien pu faire face aux Sang et Or… (© Stade de Reims)

 

En ouverture de cette neuvième journée, le Stade de Reims se déplaçait à Lens, qui ne s’était incliné qu’une seule fois cette saison. Malgré une première mi-temps assez équilibrée, les Rémois se sont retrouvés menés et réduits à dix juste avant la pause, avant de concéder un second but fatal au retour des vestiaires.

Retour sur un match à oublier pour les hommes d’Óscar García, qui concèdent leur troisième revers cette saison.

 

Un premier acte équilibré

Privé de Gravillon, suspendu pour une accumulation de cartons jaunes, Óscar García décide de changer une nouvelle fois de système de jeu et opte ainsi pour un 4/3/3 pointe basse, avec une défense classique Foket/Faes/Abdelhamid/Konan complétée par la présence d’Azor Mutusiwa dans un rôle de sentinelle. Offensivement, le duo Munetsi/Flips se place en tant que milieux relayeurs, tandis que Mitchell Van Bergen, Hugo Ekitike et Ilan Kebbal évoluent et permutent sur tout le front de l’attaque.

Après un court round d’observation, les Lensois sont les premiers à se montrer dangereux dans ce match, mais Predrag Rajković reste vigilant devant la frappe de Kalimuendo. Les deux équipes se neutralisent dans cette partie, même si les Sang et Or se montrent légèrement plus entreprenants que les visiteurs. Après avoir évité de justesse l’ouverture du score sur une demi-volée superbe de Przemysław Frankowski détournée du bout des gants par Rajković, les Rémois vont voir le match basculer quelques minutes avant la mi-temps. Sur un corner lensois, Hugo Ekitike pense dégager le ballon au premier poteau, mais heurte la tête de Danso de plein fouet avec ses crampons… Le pénalty est logiquement accordé, et le jeune rémois est exclu par Benoît Bastien après consultation de la V.A.R.
Kalimuendo ne tremble pas face à Predrag Rajković, pourtant redoutable dans cet exercice, et permet aux siens de mener à la mi-temps. Légèrement dominés sans pour autant concéder énormément de situations, les Rouge et Blanc se retrouvent désormais réduits à dix et avec un but de retard au tableau d’affichage.

 

Une seconde période sans suspens

Très réactif d’habitude, Óscar García décide de ne pas faire de changement à la mi-temps et opte plutôt pour une réorganisation de son équipe, qui évolue désormais en infériorité numérique. Mais moins de dix minutes après la reprise, les Rémois commettent des erreurs en cascade qui scellent leur destin… Sur une passe latérale de Matusiwa, Ilan Kebbal laisse passer le ballon entre ses jambes vers Konan, qui manque d’agressivité et voit le ballon être intercepté juste devant lui. Rapidement, Sotoca profite des espaces laissés par des Rémois partis à l’abordage sur l’action précédente et se dirige vers le but. L’intervalle entre Foket et Faes est suffisamment large pour que Kalimuendo puisse être servi, alors que le second nommé paraissait à distance d’intervenir… La sortie de Rajković face à l’attaquant prêté par le Paris Saint-Germain ne lui permettra pas d’endosser le rôle de sauveur cette fois-ci : les locaux font le break.

La fin de match est assez anecdotique, entre des Rémois volontaires mais qui peinent à ressortir le ballon, et des Lensois en gestion pour éviter d’encaisser le but qui remettrait leurs adversaires dans la course.

 

L’heure du premier bilan

Avec cette défaite à Lens, les Rouge et Blanc vont, certes, passer cette trêve internationale dans le dernier quart du classement, mais évitent néanmoins les places relégables. D’ailleurs, en observant ce classement d’un peu plus près, nous pouvons d’ores et déjà remarquer un écart notable entre Reims (dix points) et les barragistes Troyes et Metz, qui tous deux ont glané six points depuis le début de saison. Brest et Saint-Étienne occupent les dernières places du classement avec quatre points seulement.
Enfin, uniquement défaits par le PSG, Lille et donc Lens, les Rémois n’ont pas vraiment à rougir de leurs revers subis uniquement face aux deux premiers du classement actuel (Lens est l’actuel dauphin de Paris), et face au champion de France en titre toujours présent dans le top 8 cette saison.

A contrario, certains matchs nuls (contre Nice, Montpellier, Metz et Lorient) concédés laissent beaucoup plus de regrets. La réception des Héraultais, qui s’est soldée sur le score de 3-3, laisse particulièrement de regrets pour les Champenois, qui ont concédé trois buts largement évitables cet après-midi là. À Metz, ils n’avaient pas réussi à ramener les trois points malgré une nette domination…

Enfin, au cours de ces neuf premiers matchs, les hommes d’Óscar García ont vaincu deux équipes de l’Ouest : Rennes et Nantes. Paradoxalement, ces matchs n’ont pas été les plus maîtrisés et les plus agréables au niveau du jeu proposé. Néanmoins, la victoire a été acquise à chaque fois par deux buts d’écart, ce qui montre une ambition offensive affirmée même en menant au score. Désormais, il faudra peut-être trouver le juste équilibre entre un jeu proposé séduisant, et une assurance sur le plan comptable.

 

“Interro surprise”

Les joueurs sont notés sur 10 suite à leur performance dans le match. (© Buildlineup.com)

 

Désormais, le Stade de Reims va pouvoir profiter de cette trêve internationale pour continuer son travail et aller chercher un maximum de points dans une prochaine série de matchs qui pourraient bien être déterminante. En effet, les déplacements à Brest et Bordeaux, entrecoupés des réceptions de Troyes puis Monaco vont voir les Rouge et Blanc affronter leurs concurrents directs dans la course au maintien. Le rendez-vous est pris dimanche 17 octobre à 15h pour une première opposition face à Brest : nouvelle équipe de l’Ouest à tomber face aux Rémois ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *