Cruelle défaite à Lille

Buteur à la dernière minute, David a été le bourreau des Rémois dimanche après-midi. (© LOSC)

 

Après avoir battu l’ASSE la semaine dernière, le Stade de Reims se rendait ce dimanche à Lille avec l’objectif de poursuivre leur belle série d’invincibilité. Menant d’un but à la mi-temps grâce à quarante-cinq premières minutes plus que réussies, les Rouge et Blanc ont malheureusement concédé l’égalisation dès le retour des vestiaires, avant de craquer dans les derniers instants du temps additionnel. Retour sur la neuvième défaite rémoise de la saison, largement évitable au regard des buts concédés.

 

Un jeu enthousiasmant en première mi-temps…

Face à la supposée “supériorité lilloise” décrétée à l’unique regard du classement général de cette Ligue 1, les Rouge et Blanc décident de jouer sans complexe. Après une première tentative de Cafaro, Nathanaël Mbuku est tout proche d’ouvrir le score dès la neuvième minute de jeu, mais manque le cadre de quelques centimètres. Le match est lancé, avec un rythme dicté par des Rémois qui mènent principalement leurs attaques en passant par le côté gauche et le virevoltant Zeneli. C’est d’ailleurs lui qui, grâce à un centre vicieux et en profitant d’une erreur d’appréciation de Maignan, va permettre à son équipe de prendre les devants peu après la demi-heure de jeu. Et suite à un dernier sauvetage de Rajković avant la pause, Reims crée la surprise et mène à la mi-temps au stade Pierre Mauroy.

Dans cette première période, tout a réussi aux hommes de David Guion, où un but chanceux est venu récompensé assez justement leur prestation collective. Au milieu, le retour de Chavalerin depuis quelques matchs fait un bien fou. Il n’hésite pas à se projeter pour apporter un soutien aux attaquants, tout comme il ne calcule pas ses retours défensifs pour couper les attaques adverses avant que la défense ne soit sollicitée. À côté de lui, Mathieu Cafaro n’évolue pas à son poste habituel mais n’a pas peur de dézoner et de prendre le couloir droit pour permettre à Mbuku d’évoluer au coeur du jeu. Derrière eux, Moreto Cassamá fait son match habituel : il a récolté son carton jaune, mais est toujours aussi précieux à la construction du jeu. Défensivement, Ghislain Konan semble retrouver peu à peu le rythme qu’il n’a pas pu avoir ces derniers mois, et s’intègre parfaitement dans le trio qui le lie à Chavalerin et Zeneli. En bref, tout se passe bien pour Reims. De leur côté, les Lillois sont méconnaissables et peinent à exister dans une rencontre qui, pourtant, leur permettrait de rejoindre le Paris Saint-Germain à la tête de cette Ligue 1.

 

…pour une amère défaite

Après une première mi-temps parfaite, les Rémois menaient donc logiquement à la pause. Mais le rêve de ramener la victoire du Nord s’est estompé peu à peu dès le retour des vestiaires…

À la reprise, les hommes de Christophe Galtier imposent leur rythme à des Champenois qui espéraient bien gérer la seconde période comme la première. Depuis le début du match, la volonté de jouer court en s’appliquant à la relance prédomine. C’est malheureusement cette philosophie de jeu poussée à l’extrême qui va punir les visiteurs… Lille joue très haut, et Rajković hérite du ballon devant son but. Toujours dans cette volonté de construire, le gardien serbe décide d’envoyer un ballon compliqué dans l’axe à Moreto Cassamá, déjà entouré par deux joueurs adverses. Plutôt que de chercher Abdelhamid en une touche sur le côté droit, l’ancien du FC Porto tente un contrôle orienté entre les joueurs lillois, mais glisse sur sa prise de balle… Il n’en fallait pas plus à Bamba pour ajuster le portier rémois aux vingt mètres et remettre les deux équipes à égalité.

La suite de cette seconde période est à l’avantage des locaux, même si les Champenois n’abdiquent pas et continuent de porter le danger sur le but lillois, à l’image de cette nouvelle tentative de Mbuku qui oblige Maignan à effectuer une belle parade. Dans une fin de partie indécise où les deux équipes auraient pu porter le coup fatal à leur adversaire, ce sont les Lillois qui vont finalement plier ce match dans le temps additionnel. Sur une frappe lointaine de l’entrant Xeka, Predrag Rajković rate sa prise de balle et relâche le ballon. David a parfaitement suivi, et conclut de près pour offrir la victoire à son équipe. Un dénouement cruel pour des Rouge et Blanc qui auraient mérité de ramener un point de leur déplacement, mais qui sont une nouvelle fois punis par deux erreurs individuelles.

 

La fin d’une série

Tout avait commencé le 16 décembre face à Nantes, avec un retournement de situation et une victoire 3-2 à la clé. Depuis, les Rémois étaient restés invaincus pendant cinq matchs, empochant onze point au passage. La série est stoppée net après cette défaite à Lille, mais cette période aura certainement rassuré les Rémois sur qu’ils sont capables de produire pour la suite de la saison.

Pour commencer, même si ce propos devra forcément être nuancé au vu de sa dernière performance, Rajković semblait retrouver son niveau après un début de saison en dents de scie. Bien évidemment, ses deux boulettes lilloises viennent ternir ce constat, mais il est tout à fait probable que le gardien se remette dans le droit chemin lors des matchs à venir. Devant lui, les quatre défenseurs montent aussi en puissance. Les latéraux prennent plus de risques offensivement dans le 4/3/3, et la charnière centrale est de plus en plus rassurante grâce à l’émergence de Faes, sans oublier le patron Abdelhamid présent à ses côtés.
Dans ce 4/4/3, la présence de Xavier Chavalerin au milieu du terrain semble être la condition sine qua none à l’obtention de bons résultats. Avec le retour de Berisha, ce secteur peut constituer le point fort des Rémois cette saison.
Devant, Boulaye Dia a souvent été perdu dans ce système, trop esseulé à la pointe de l’attaque. Néanmoins, avec l’apport des milieux et la montée des latéraux Foket et Konan, les ailiers sont plus proches de lui et cette animation semble parfaitement lui convenir. Même si les associations avec Touré ou Sierhuis ont parfois été satisfaisantes, c’est bien cette formule qui semble être la plus adaptée et la plus viable offensivement.

 

“Interro surprise”

Les joueurs sont notés sur 10 suite à leur performance dans le match. (© Buildlineup.com)

Averti et d’ores et déjà suspendu pour le prochain match face à Brest, Cassamá a rapidement été remplacé par Marshall Munetsi en seconde période. En fin de match, les entrants Touré et Kutesa n’ont eu que trop peu de ballons à jouer pour se mettre en évidence et permettre à leur équipe de faire basculer cette rencontre dans leur sens.

Note du match : 15/20
Deux équipes joueuses ont rendu ce match plaisant, avec un scénario indécis jusqu’au bout du temps additionnel. Chaque équipe aura eu sa mi-temps, mais les Lillois ont été plus réalistes en profitant des cadeaux adverses.

 

Avec deux erreurs franchement évitables, le Stade de Reims s’incline à Lille sans pour autant avoir démérité. Désormais, tous les regards sont tournés vers la prochaine échéance dimanche prochain face à Brest, qui n’a gagné qu’un seul de ses six derniers matchs. Sans Cassamá suspendu, David Guion devra une nouvelle fois revoir ses plans. Ainsi, Marshall Munetsi s’intégrera-t-il dans le système actuel, sans revenir au 4/4/2 utilisé lors de la présence du Zimbabwéen ? Le staff a jusqu’à dimanche 15h pour peaufiner les derniers détails de sa composition.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *