Coup de billard pour une victoire

Un but chanceux de Mbuku a permis aux Rouge et Blanc de l’emporter. (© Icon Sport)

 

Cruellement défait à Lille la semaine dernière, le Stade de Reims accueillait Brest ce dimanche après-midi à Delaune. Privés de nombreux joueurs, les Rémois ont profité d’une déviation involontaire de Mbuku en première période pour inscrire le seul et unique but du match, avant de faire preuve d’une belle solidité défensive pour conserver ce court avantage. Retour sur un match globalement équilibré entre les deux équipes, que les Rouge et Blanc ont fait tourner en leur faveur sur un coup de billard.

 

Une victoire heureuse

Dès l’entame de match, les Rémois subissent face à des Brestois qui, comme à leur habitude, monopolisent le ballon. Le milieu de terrain avec Drammeh en pointe basse ne parvient pas à gratter assez de ballons, et semble dépassé face au jeu développé par les visiteurs lors des vingt premières minutes. Néanmoins, la domination adverse est stérile et finalement ce sont les Rouge et Blanc qui se créent les meilleures occasions. Dia puis Mbuku tentent leur chance mais, ne trouvant pas le cadre, n’inquiètent pas Gauthier Larsonneur. Alors que la première tentative brestoise du match échoue sur le poteau droit de Rajković, les hommes de David Guion vont ouvrir le score grâce à un véritable but gag… Sur un centre de Foket, Xavier Chavalerin prend sa chance avec une demi-volée à l’entrée de la surface. Alors que celle-ci semble se diriger tout droit vers la tribune Batteux, le ballon heurte de plein fouet le visage de Mbuku, qui dévie involontairement le ballon vers le but et trompe Larsonneur ! À la mi-temps, Reims mène au score et peut remercier ce coup de billard incroyable, qui n’est pas sans rappeler le but d’Odaïr Fortes inscrit à Lille en janvier 2014.

La deuxième période est à l’image de la première : Brest est fidèle à sa philosophie de jeu et met le pied sur le ballon (pour finir avec 64% de possession en fin de match). De son côté, Reims se crée les situations les plus dangereuses en contre, se contentant dans le même temps de contenir les assauts adverses pour garder ce précieux avantage acquis en première mi-temps. Au terme d’un deuxième acte peu emballant, le Stade de Reims sort victorieux de cette confrontation et signe ainsi sa sixième victoire de la saison.

 

Une équipe solide et solidaire

Cette saison, les Rémois ont la fâcheuse habitude de laisser filer des points après avoir mené au score. C’est d’ailleurs l’équipe de Ligue 1 qui en a le plus perdu dans cet exercice, avec 14 au total. Mais ce dimanche, la solidité collective liée à un état d’esprit irréprochable ont permis aux joueurs de préserver leur avantage au score, face à un adversaire qui a tout tenté pour trouver des solutions par le jeu.

Ce succès a principalement été permis par une activité défensive incessante de tous les joueurs. Dès la première mi-temps, les ailiers Doumbia et Mbuku n’ont pas eu peur de redescendre très bas pour aider les défenseurs à ne pas être submergés par la supériorité numérique amenée par la montée des latéraux Pierre-Gabriel et Perraud.
Au milieu, Chavalerin a une nouvelle fois été rayonnant. C’est le joueur qui, sur le match, a réalisé le plus d’interceptions. Et cerise sur le gâteau : son missile dirigé vers la tête de Mbuku lui a été compté comme une passe décisive. Que demander de plus ? Derrière lui, Drammeh a été assez transparent pour sa première titularisation en Ligue 1. Mais il faut tout de même noter qu’il n’a pas évolué à son poste habituel, lui qui évolue d’ordinaire en défense centrale avec le groupe de National 2.
Enfin, les défenseurs latéraux ont tenté tant bien que mal de bloquer les couloirs, sans vraiment réussir à empêcher les centres. Pour renvoyer ceux-ci, Wout Faes a été impérial, jamais pris à défaut par les trajectoires des centres adverses et remportant tous ses duels aériens. Ce dimanche, il a été le taulier de cette défense aux côtés d’un Abdelhamid toujours aussi précieux. Tous ces efforts fournis par les onze joueurs présents sur le terrain peuvent être observés à travers une seule et unique statistique : dans ce match, Predrag Rajković n’a pas eu à effectuer le moindre arrêt. C’est son quatrième “clean sheet” cette saison.

 

Le duo imprenable Faes/Chavalerin

De cette performance collective sont ressorties deux individualités : Wout Faes et Xavier Chavalerin. Le premier nommé a, une fois de plus, confirmé sa bonne forme actuelle en livrant une prestation de haut niveau. Depuis plusieurs semaines, Faes est impérial et affiche un niveau bien différent de celui proposé en début de saison… En effet, aux erreurs de marquage étaient venues s’ajouter des suspensions qui lui ont fait rater trois matchs entre septembre et novembre. Donc les débuts de l’international espoir belge étaient plus que mitigés pour celui qui avait la lourde tâche de faire oublier Axel Disasi, parti sur le Rocher. Mais à ce rythme-là, nul doute qu’il s’imposera définitivement dans cette charnière centrale, où la concurrence n’a finalement jamais été un frein pour lui. Malgré la présence de Maresić dans l’effectif, David Guion lui a toujours démontré sa confiance en le titularisant dès que possible. Au final, cette stratégie a certainement contribué à mettre en confiance Faes, qui rend aujourd’hui à son entraîneur toute la confiance que celui-ci a pu lui accorder au fil des semaines.

De son côté, Xavier Chavalerin a lui aussi récupéré sa place de titulaire dès son retour. Il faut dire qu’avec la pénurie de joueurs dans ce secteur, il n’a pas eu à batailler pour réintégrer le onze de départ cette saison. Orphelin de Romao parti à Guingamp, il devra désormais parfaire ses automatismes offensifs avec Berisha, et défensifs avec Cassamá. Quoiqu’il arrive, il s’est parfaitement adapté à ce nouveau système, qui lui offre une plus grande liberté offensive. Défensivement, il est toujours aussi impressionnant dans son sens de l’anticipation et sa combativité. C’est le maillon fort et le joueur le plus régulier dans ce milieu de terrain.

 

“Interro surprise”

Les joueurs sont notés sur 10 suite à leur performance dans le match. (© Buildlineup.com)

Lancé à l’heure de jeu pour permettre aux Rémois de mener des contre-attaques, Dereck Kutesa n’a pas eu énormément de ballons à disputer. Il en est de même pour Touré, qui a remplacé en toute fin de match Boulaye Dia, fatigué. De son côté, Kaj Sierhuis n’a disputé que six minutes sur les six derniers matchs malgré sa présence constante sur le banc…

Note du match : 12/20
Une fois de plus, les équipes joueuses réussissent particulièrement bien aux Rémois. Privés de ballon sur la majeure partie du match, les Champenois se sont tout de même créés les meilleures occasions, profitant d’un coup de pouce pour ouvrir le score avant de préserver celui-ci pendant plus d’une mi-temps.

 

Grâce à cette victoire, le Stade de Reims s’éloigne de la zone rouge et peut même se permettre de regarder vers le haut du classement.  Quatorzièmes avec vingt-quatre points au compteur, les Rémois partagent cette place avec leur futur adversaire : Strasbourg. Les Champenois, qui ne se sont plus imposés en Alsace depuis novembre 2016, auront à coeur de faire taire cette statistique. Verdict dimanche à 15h au Stade de la Meinau !

 

Une réflexion sur “Coup de billard pour une victoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *