3 objectifs au Stade de Reims pour 2019

Le Stade de Reims a débuté cette nouvelle année 2019 par une victoire. (© L’Union)

 

Après une année 2018 riche en émotions, place à 2019 ! Et le Stade de Reims a débuté cette nouvelle année, que je souhaite belle et heureuse à l’ensemble des supporters rémois, de la meilleure des manières. Victorieuse face à Lens en Coupe de France avant d’aller obtenir un match nul mérité à Lyon, l’équipe surprise de cette première partie de saison peut désormais envisager sereinement la suite du championnat. En ligne de mire ? Le maintien, à obtenir le plus rapidement possible. En parallèle, ce parcours en coupe tant attendu depuis des années pourrait enfin voir le jour. La saison réalisée par le promu serait ainsi au-dessus des attentes ! Mais gare à la fuite des cadres en juin, qui seront certainement très convoités…

 

En 2019, un parcours en Coupe ?

Opposés au Racing Club de Lens pour la deuxième fois en deux ans, les Rémois ont parfaitement réussi leur entrée dans cette Coupe de France. Au terme d’un match globalement maîtrisé, avec des buts signés Oudin et Cafaro en première période, le Stade de Reims a validé son ticket pour les 16èmes de finale. En évoluant au Stade Auguste Delaune pour la première fois depuis la saison 2010/2011 et ce fameux quart de finale perdu face à Nice, les Rémois ont (enfin) vaincu cette malédiction de la Coupe. Sur les sept dernières saisons, ils n’avaient dépassé les 32èmes de finale qu’une seule fois ! C’était lors de la saison 2014/15. Pour le reste, des défaites contre l’ogre Marck, Plabennec, Chambly ou encore Sarreguemines, les avaient à chaque fois empêchés d’aller plus loin. Mais cette année, la volonté du club, du staff et des joueurs est de bien figurer dans cette compétition trop souvent négligée. Pourtant, tout le monde sait que le rêve de Jean-Pierre Caillot est d’emmener le peuple rémois au Stade de France. Il faut dire que cette fois-ci, le timing le permet. Avec un maintien qui devrait être logiquement acquis en fin de saison, un parcours en coupe pourrait ressouder les liens avec les supporters, trop peu nombreux lors des matchs à domicile. Avec 12 667 spectateurs de moyenne, seul Amiens, Angers et Monaco font pire. Mais avant de revoir potentiellement nos Rouge et Blanc en Coupe de France, il faudra aller chercher une qualification à Toulouse mardi prochain. Ensuite, tous les rêves seront permis…

 

En 2019, un maintien confortable ?

Inutile de vous rappeler que cette année 2019 ne sera belle qu’en cas de maintien. L’avance d’ores et déjà engrangée sur les concurrents directs devrait permettre d’attaquer cette deuxième partie de saison sereinement. Mais cette fin de saison pourrait présenter deux cas de figure : un maintien acquis dans la difficulté, avec des résultats moins bons que sur la phase aller, ou bien un syndrôme “2013/2014”. Je m’explique.
Le premier cas de figure serait un maintien acquis dans la douleur. Après tout, pourquoi le Stade de Reims ne pourrait-il pas connaître un creux au cours de cette deuxième partie de saison ? Avec une quinzaine de points sur les matchs retours, le maintien est obtenu à quelques journées de la fin.
Le deuxième cas de figure serait un retour dans le temps… Souvenez-vous de la saison 2013/2014. A 9 journées de la fin du championnat, le maintien est plus qu’acquis et Reims pointe à la septième place, à seulement deux points du cinquième. La suite ? Une seule victoire sur les neufs derniers matchs, et une onzième place au final. Lorsque j’avais rencontré Mickaël Tacalfred (son interview est toujours disponible ici), le défenseur emblématique du club m’expliquait : “[…] inconsciemment, on se relâche un petit peu parce que l’objectif est atteint mais c’est plus une fatigue physique et mentale, pas vraiment un relâchement volontaire”. Cela pourrait très bien être encore le cas cette saison, après des résultats au-delà de ceux escomptés.

 

En 2019, une fuite des tauliers ?

Aujourd’hui, la dixième place du classement occupée par le Stade de Reims peut étonner. Alors certes, il y a des matchs en retard qui faussent légèrement celui-ci. Mais avec 26 points glanés à la mi-saison, aucun club n’avait fait mieux depuis la saison 2015/2016 (Angers avait alors 31 points à la trêve, ndlr).
Depuis le début de saison, la tête d’affiche se nomme Édouard Mendy. Début décembre, il était le meilleur gardien d’Europe au nombre de clean sheets réalisés, avec 9 unités. Même s’il a été un peu moins en réussite sur ces derniers matchs, sa côte reste très élevée auprès de certaines écuries européennes. En fin de contrat en juin 2020, l’international sénégalais est fortement convoité. Mais n’ayez crainte : il ne partira pas cet hiver. La donne changera sûrement cet été… Actuellement, la direction souhaiterait une prolongation pour son gardien titulaire, comme l’expliquait Jean-Pierre Caillot dans son interview (à lire ici) accordée à France Bleu Champagne en ce début d’année. Mendy rêvant d’Angleterre, il sera certainement très compliqué de le retenir en fin de saison même si la tendance actuelle pencherait vers une prolongation. Affaire à suivre…
Le dossier suivant est celui de Ghislain Konan. Arrivé cet été en provenance du Vitória Guimarães, le jeune ivoirien de 23 ans a déjà des prétendants après une première partie de saison de haut niveau. Solide défensivement, avec un apport offensif efficace, il possède tout du défenseur latéral moderne. Quasi-inconnu avant son arrivée en France, l’OM se serait déjà renseigné sur lui. Quoiqu’il arrive, son contrat court jusqu’en juin 2022. De quoi récupérer une belle somme si une vente devait avoir lieu… Ou bien de conserver un excellent joueur pour quelques saisons encore !
Dernier dossier qui devrait agiter le mercato rémois : celui de Björn Engels. Tout d’abord, sa situation mérite d’être clarifiée. Actuellement, il est prêté par l’Olympiakos Le Pirée à Reims, prêt avec obligation d’achat en cas de maintien en Ligue 1 qui se transformera en contrat de 4 ans. Le montant de cette obligation d’achat serait de 6 millions d’euros, ce qui en ferait le joueur le plus cher de l’histoire du Stade de Reims. Mais lui aussi attire les convoitises ! Pour son cas, c’est loin d’être une surprise. Acheté 7 millions d’euros à l’été 2017 par l’Olympiakos, l’international espoir belge a toujours représenté l’avenir dans son pays. Reste pour lui à confirmer son statut, et Reims ne pourrait bien être qu’une étape dans sa progression, lui qui rêve également d’Angleterre.

 

Sacré champion de Ligue 2 la saison dernière, le Stade de Reims continue de surfer sur sa dynamique. Malgré les départs du mercato d’été (Diego, Siebatcheu, Jeanvier et Da Cruz, entre autres), le recrutement tant audacieux qu’intelligent des dirigeants permet à cette équipe de très bien figurer en championnat. Plus que de bien y figurer, l’important est désormais de bien terminer celui-ci. Un maintien serein permettrait au club de franchir un réel pallier, et de pouvoir envisager de s’installer durablement dans l’élite. Cependant, il pourrait encore y avoir du changement en fin de saison… D’ici-là, profitons encore un peu du bonheur envoyé par nos Rouge et Blanc !

Une réflexion sur “3 objectifs au Stade de Reims pour 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *